Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 21.02.2012 11h24
Sénégal : les forces de l'ordre font avorter une tentative de rassemblement de l'opposition anti-Wade

Un rassemblement des opposants à la candidature du président Abdoulaye Wade à la présidentielle du 26 février, n'a pas pu se tenir ce lundi à la Place de l' indépendance de Dakar, tous les accès à cette place ayant été bouclés par les forces de l'ordre, a constaté un journaliste de Xinhua.

Le rassemblement a été annulé par son organisateur le candidat à la présidentielle, Cheikh Abdoulaye Dièye, qui a expliqué sa décision par sa volonté de préserver la paix et de ne pas affronter les forces de l'ordre.

M. Dièye, arrivé, en compagnie de ses partisans, aux abords de la place (où toute manifestation est interdite), a été bloqué par un cordon de police. Il en a été de même des autres leaders du mouvement M23 (partis politiques et société civile), fer de lance de la contestation de la candidature du président Wade.

Contrairement au quatre jours précédents, marqués par des heurts entre jeune et forces de l'ordre, la plupart des manifestants se sont dispersés sans incident.

Les manifestations des quatre derniers jours au Sénégal ont fait trois morts à Kaolack (centre sud), à Rufisque (30 km de Dakar et à Keur Mbaye Fall (banlieue dakaroise), ainsi que plusieurs dizaines de blessés.

Réagissant à ces manifestations violentes, le porte-parole du président de la République, Serigne Mbacké Ndiaye, a accusé un des candidats, sans le nommer, d'avoir « recruté »200 anciens militaires, « pour installer le chaos dans le pays ».

Ces anciens militaires sont « dirigés par un ancien colonel » et des jeunes sont également recrutés à Dakar et à l'intérieur du pays », a-t-il affirmé.

« L'Etat a pris toutes les dispositions pour mettre un terme à ce désordre qui a été installé volontairement par quelqu'un que nous connaissons bien », a-t-il conclu.

L'Union européenne, la Communauté économique des Etats de l' Afrique de l'ouest et l'Union africaine (UA) ont déployé des missions d'observation à l'élection présidentielle sénégalaise qui met en compétition quatorze candidats. La mission d'observation de l'UA est conduite par M. Olusegun Obasanjo, ancien chef d'Etat nigérian.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 20 février
Sélection du Renminribao du 20 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?