Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 19.02.2012 10h53
Bénin: la rencontre informelle de l'UA s'achève sans déclaration finale

Le mini-sommet de l'Union africaine (UA), qualifié de "rencontre informelle" des chefs d'Etat et de gouvernement de l'institution panafricaine, tenu samedi à Cotonou, s'est achevé en début de soirée sans une déclaration, ni communiqué final.

Une dizaine de chefs d'Etat et de gouvernement ont pris part à cette rencontre qui n'avait pas d'ordre du jour précis, mais qui devrait se consacrer à des échanges informels sur des questions liées à l'insécurité, notamment dans les régions du Sahel, et aux problèmes de développement du continent.

A la fin de la rencontre, les chefs d'Etat et de gouvernement, contrairement au protocole des grandes internationales, se sont retirés un à un sans attendre une clôture solennelle.

"Il s'agit d'une rencontre informelle, qui n'est pas prévue par les statuts de l'Union africaine", a indiqué à la presse, la conseillère spéciale aux affaires diplomatiques du chef de l'Etat béninois, Mme Myriam Diallo, lors d'un point de presse improvisé.

Selon elle, la rencontre a permis aux chefs d'Etat et de gouvernement présents à Cotonou, d'échanger et d'adopter une "feuille de route" pour la durée du mandat du président en exercice de l'UA, Boni Yayi, élu en janvier dernier à Addis Abéba.

Mme Diallo a ajouté qu'au cours de la rencontre, des échanges ont été également faits pour aider le comité des huit chefs d'Etat désignés pour rechercher la voie consensus qui pourra permettre d'élire, en juin prochain, le nouveau président de la commission de l'UA.

En ouvrant les travaux de cette "rencontre informelle" samedi matin, le président en exercice de l'UA a déploré "la persistance des crises et l'apparition de nouvelles menaces" des Etats et des populations africaines. Il a également appelé ses pairs "à plus d'engagement et de détermination dans la gestion de notre continent".

"Il faut, à tout prix, éviter que chacun aille dans la direction de son choix, car si c'est le cas, le bateau Afrique risque de perdre le gouvernail", a-t-il souligné.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 17 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?