Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 14.02.2012 10h18
L'Algérie appelée à restituer les archives relatives aux essais nucléaires français

Des experts algériens en nucléaire ont souligné la nécessité de récupérer auprès des autorités françaises les archives relatives aux essais nucléaires français dans le Sahara algérien, afin de définir les zones à risque d'émanation radioactives et prémunir les populations contre ce danger, a rapporté l'agence APS.

Voilà un appel qui a découlé d'une conférence organisée par le journal "E-chaâb" avec pour thème "les effets des essais nucléaires sur l'homme et l'environnement", à l'occasion du 52e anniversaire des essais nucléaires français en 1960 dans le Sahara algérien.

Amar Mansouri, un expert dans le domaine nucléaire, a mis en exergue la nécessité de conjuguer les efforts de la société civile en vue des dédommagements pour les effets de ces essais sur l'homme et l'environnement.

La France "a procédé à des explosions nucléaires non à des essais nucléaires", a indiqué pour sa part l'avocate Fatma Zohra Benbrahem, en faisant allusion à la disparition de plus 150 détenus algériens, qui, d'après elle, auraient servi de cobayes et dont les restes auraient été transférés en France aux fins de recherches.

Le 13 février 1960, la France a fait exploser trois bombes atomiques à Reggane et In Iker, à 150 km au sud d'Adrar, à 1 400 km au sud-ouest d'Alger.

Ces bombes, dont la première est quatre fois plus puissante que celle larguée par l'armée américaine sur la ville d'Hiroshima (Japon) à la fin de la deuxième Guerre mondiale, continuent de provoquer des maladies.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 13 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?