Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 08.02.2012 14h43
HCR : les violences au nord du Mali forcent plus de 20.000 personnes à l'exil

Les violences au nord du Mali forcent plus de 20.000 personnes à l'exil à des pays voisins, a annoncé mardi le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) .

Selon le porte-parole du HCR Adrian Edwards, le HCR a déployé des équipes d'urgence dans les pays limitrophes avec le Mali pour aider à satisfaire les besoins de plus de 20.000 personnes qui ont été forcées de fuir les combats au nord du Mali. La plupart des personnes déracinées se trouvent au Niger, au Burkina Faso et en Mauritanie.

Les combats entre des groupes rebelles touaregs et les forces gouvernementales dans la région Azawad au nord du Mali ont commencé à la mi-janvier, a indiqué le porte-parole.

Ces trois dernières semaines, au moins 10.000 personnes auraient traversé la frontière vers le Niger. Quelque 9.000 d'entre elles ont trouvé refuge en Mauritanie et 3.000 autres au Burkina Faso, a-t-il précisé.

Au Niger, la plupart des nouveaux arrivants sont originaires de Meneka au Mali. Certains ont trouvé refuge tout près de la frontière en proie à l'instabilité. Parmi les nouveaux arrivants, beaucoup dorment en plein air. Très peu ont un abri ou accès à l'eau potable, aux services de santé et aux vivres. Les personnes sont dispersées principalement dans des villages des districts de Tillaberery, Ouallam et Filingue, au nord du pays. Sinegodar, un village du district de Tillabery, accueille plus de 5500 Maliens, avec un seul point d'eau pour l'entière population locale et réfugiée.

Les communautés locales situées le long de la frontière, elles- mêmes affectées par la crise alimentaire au Sahel, partagent leurs ressources avec les nouveaux arrivants. Les autorités ont également distribué des vivres.

Un groupe de quatre employés supplémentaires du HCR sont déjà au Niger et encore davantage sont en route. Le HCR s'apprête à envoyer de l'aide pour 10.000 personnes depuis nos entrepôts de la région.

Les combats entre les rebelles touaregs du MNLA (Mouvement National de Libération de l'Azawad) et les forces gouvernementales ont repris le 17 janvier dernier au Mali, en violation d'un accord conclu en 2009 qui avait officiellement mis fin à la rébellion touareg.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 7 février
Sélection du Renminribao du 7 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?