Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.01.2012 16h30
Obiang Nguema fustige les "interventions militaires tragiques" étrangères en Afrique

Le président équato-ginéen et président sortant de l'Union africaine (UA), Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, a fustigé dimanche "les interventions tragiques des forces extra-africaines" en Afrique.

Ces propos tenus à l'occasion du 18e sommet de l'UA, ouvert dimanche à Addis-Abeba en présence de plus d'une vingtaine de chefs d'Etat du continent, rappellent le discours qu'il avait prononcé lors du dernier sommet tenu à Malabo dans son pays fin juin-début juillet 2011.

Selon ses propres termes, la mission de présidence tournante de l'UA du dirigeant équato-guinéen pour 2011 "a coïncidé avec de grandes turbulences en Côte d'Ivoire, en Libye, en Tunisie et en Egypte" et l'organisation africaine "n'a pas toujours su trouver une solution heureuse à ces conflits", à cause des divergences entre les Etats.

En revanche, ces interventions "ont entraîné des interventions tragiques de forces extra-africaines aux conséquences douloureuses pour les populations africaines", a déploré le président Obiang.

Pour son expérience de président en exercice de l'Union, il a affirmé avoir constaté que l'"organisation continentale reste toujours manipulée par les puissances extra-africaines".

Selon lui, "l'intervention ne saurait justifier l'élimination des Africains et la destruction des infrastructures sécuritaires et sociales" mises en place dans les pays attaqués.

La démocratisation dans un pays, a-t-il poursuivi, ne peut se faire que façon évolutive, sans improvisation et en tenant compte des valeurs culturelles de ce pays.

Il a appelé les pays africains à résoudre eux-mêmes leurs problèmes "pour éviter que d'autres viennent intervenir par la force et fassent ceux qu'ils veulent".

"L'Afrique a besoin d'une coopération sincère qui offre des avantages à toutes les parties et non pas d'une coopération qui impose des conditions impopulaires à nos Etats", a-t-il par ailleurs relevé, se félicitant de la coopération chinoise qui a permis de remplacer le vieux bâtiment, prêté à l'UA à Addis-Abeba il y a 40 ans, par un nouveau centre de conférences et administratif offert notamment par la Chine et inauguré samedi.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 30 janvier
Sélection du Renminribao du 30 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?