Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.01.2012 08h20
UA : élections et commerce intra-africain en première ligne au 18e sommet à Addis-Abeba (AVANT-PAPIER)

L'élection d'un nouveau président et de nouveau commissaires à la Commission de l'Union africaine (UA) et la réflexion sur la stimulation du commerce intra-africain seront les attractions majeures du 18e sommet de l'organisation continentale qui s'ouvre ce dimanche à Addis-Abeba en Ethiopie.

A commencer par le président en exercice sortant, le chef de l'Etat équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, de nombreux leaders africains se retrouvent dans la capitale éthiopienne et siège de l'UA pour un rendez-vous où les luttes d'influence se manifestent à travers la candidature inattendue sud-africaine à la présidence de la Commission.

Ministre de l'Intérieur, Nkosazana Clarice Dlamini-Zuma, 63 ans, ex-ministre des Affaires étrangères de Thabo Mbeki et ex-épouse de l'actuel président sud-africain Jacob Zuma, a été lancée dans la compétition de "renforcer l'agenda et les capacités de la Commission de l'UA", selon l'expression de la ministre des Affaires étrangères Maite Nkoana-Mashabane.

Inédite dans les habitudes à l'UA, cette candidature bouleverse les règles établies par le fameux "consensus africain" concernant le mode de désignation des responsables de la Commission, en particulier le président, remarquent les observateurs.

Pour l'Institut d'études de sécurité de Tswane (Pretoria) en Afrique du Sud même, bien que Dlamini-Zuma dispose de bons atouts personnels, le fait qu'elle représente l'Afrique du Sud, l'économie africaine la plus prospère, joue contre elle.

"La candidature de l'Afrique du Sud a surpris beaucoup d'Etats africains, ce qui ne va pas facilement les pousser à changer le statut quo", a analysé dans une note d'information obtenue par Xinhua le chargé de programmes de cet organisme à Addis-Abeba, Dr. Mehari Taddele Maru.

Mis à part le fait qu'elle démontre les limites de la diplomatie de l'Afrique du Sud sous Jacob Zuma, cette candidature contredit par ailleurs le compromis tacite imposant aux puissances africaines l'abstention pour postuler au poste de président de la Commission de l'UA, a poursuivi Dr Mehari.

"Si Mme Zuma est élue comme président, ce sera aussi surprenant que les révolutions d'Afrique du Nord", a-t-il pronostiqué, évoquant le soutien annoncé des régions ouest-africaine, maghrébine et orientale (sans oublier l'Afrique centrale, sa région d'origine) en faveur du président de la Commission sortant, l'ex-ministres des Affaires étrangères gabonais Jean Ping.

D'après les statuts de l'Union africaine, le président de la Commission et les 8 commissaires sont élus par scrutin secret à la majorité des deux tiers des Etats membres ayant le droit de vote. Un second voire un troisième est prévu lorsqu'aucun des candidats en compétition n'obtient ce score.

Les nouveaux responsables seront élus dimanche soir, à la fin de la première journée du 18e sommet ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA.

Avec pour principal thème "stimuler le commerce intra-africain", cette grand-messe prévue jusqu'à lundi sera aussi l'occasion pour les dirigeants africains de réfléchir aux initiatives à entreprendre pour inscrire l'Afrique dans l'économie mondiale où elle est créditée d'un apport insignifiant de moins de 3%, en donnant du tonus aux échanges commerciaux entre ses différentes régions.

C'est le continent qui commerce le moins avec lui-même, avec un taux de 11% de commerce intra-continental, contre 72% pour l'Europe et 52% pour l'Asie, à en croire la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) également basée à Addis- Abeba.

Mais, pour impulser son décollage économique, l'Afrique doit aussi surmonter les défis sécuritaires imposés par les conflits armés et les crises sociopolitiques qui l'ébranlent de part et d'autre et inhibent ses efforts de sortir de la pauvreté et du sous-développement.

A ce titre, le premier sommet annuel pour 2012 de l'UA sera aussi celui des crises dans la corne de l'Afrique dont la Somalie, au Darfour ou encore de la lutte contre la rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA). Les processus de reconstruction en Libye, en Tunisie, en Egypte, en Côte d'Ivoire, etc. seront en outre examinés.

A la suite de la 26 réunion des chefs d'Etat pour le comité d'orientation du Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD) samedi dans l'ancien siège, ces assises se tiendront dans le nouveau centre de conférences et administrarif de l'UA inauguré samedi après-midi lors d'une cérémonie en présence de Jia Qinglin, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 29 janvier
Sélection du Renminribao du 29 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?