Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 29.01.2012 08h27
Madagascar : les chiffres clés de l' économie sont en régression à cause de la crise politique (PAPIER GENERAL)

Presque tous les chiffres clés de l' économie de Madagascar sont en régression suite à la crise politique, qui a débuté dans le pays en décembre 2008, a-t-on constaté jeudi en récoltant les données de l' économie malgache.

Si le taux de croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) nominal de Madagascar a été de 6,2% en 2007 et 7,1% en 2008, il a chuté à -4,1% en 2009 et 0,5% en 2010, à cause de la crise politique.

Selon une publication de l' Institut national de la Statistique (INSTAT), le taux d' inflation en général a monté à 10% en 2011, mais cela ne devait pas à ce point sans les interventions des opérateurs économiques.

L' Indice de développement humain (IDH) de Madagascar est de 0,480 pour l' année 2011, selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Sur 187 pays, la Grande île est placée au 151 ème rang, en matière de développement humain, alors qu' en 2008, le pays a obtenu 0,533 point et a été au 143 ème rang sur 177 pays.

Sur le commerce extérieur, l' INSTAT montre que la valeur FOB de l' exportation des produits effectuée par Madagascar a été de 2 958 milliards d' Ariary en 2008 contre 2301 milliards en 2009 et 2321 milliards en 2010 (1 dollar vaut environ 2000 Ariary)

En 2008, Madagascar a exporté 1 239 milliards d' Ariary de produits vers la France, 624 milliards d' Ariary vers les Etats-Unis, 185 milliards vers l' Allemagne et 89 milliards vers la Chine. Pourtant en 2010, l' exportation de la grande île vers la Chine a augmenté à 117 milliards d' Ariary, alors que celle de la France a diminué à 704 milliards, celle des Etats-Unis à 92 milliards, et de l' Allemagne à 163 milliards.

Selon le président d' un centre de recherche au sein de l' Université d' Antananarivo, Dr. Hery Ramiarison, 30% des industries textiles à Madagascar ont été fermées depuis la crise politique à Madagascar faisant perdre près de 25 000 emplois directs.

L' exportation malgache en matière des produits textiles, qui comptait 211 millions de dollars en 2009, a chuté à 54 millions seulement en 2010, parce que les Etats-Unis ont suspendu en décembre 2009 l' adhésion de Madagascar à leur programme African Growth and Opportunity Act (Agoa), grâce auquel la grande île a exporté ses produits textiles vers les Etats-Unis avec franchises.

Une hausse des prix à la pompe du carburant est également constatée en comparant les données de l' office malgache des hydrocarbures (OMH) avant et après la crise, même si Rakotomalala Fleurys, expert malgache en économie, a dévoilé que le gouvernement de la transition a limité à taux fixe la parité de dollar pour les opérateurs pétroliers pour que ces derniers diminuent un peu le prix du carburant à la pompe.

Selon les données de l' OMH en janvier 2008, l' essence sans plomb s' est vendue à 2620 Ariary le litre, l' essence touriste a été à 2580 Ariary, le pétrole lampant à 1700 Ariary et le gasoil à 2370 Ariary, alors que depuis avril 2011, le litre de l' essence sans plomb se vend à 3090 Ariary, l' essence touriste à 3070 Ariary, le pétrole lampant à 1850 Ariary et le gasoil à 2580 Ariary.

Herintsalama Rajaonarivelo, président de l' association des opérateurs économiques malgaches (FIVMPAMA) a dit que la situation est catastrophique dans le secteur pétrolier où beaucoup de stations-service ont fermé.

Herintsalama Rajaonarivelo a exprimé la souffrance des opérateurs économiques à Madagascar, que l' Etat doit payer ses arriérés aux entreprises, supprimer le délestage et régler la situation politique dont la stabilité est la seule garantie pour la reprise des investissements dans le pays.

Les murmures des opérateurs économiques à Madagascar contre l' ancien président Marc Ravalomanana depuis son accession au pouvoir en 2002, étaient parmi les causes de la crise politique dans le pays. Un bras de fer entre lui et M. Rajoelina, qui était le maire d' Antananarivo à l' époque s' est éclaté en décembre 2008. Ce dernier a conduit des manifestations massives qui ont tourné mal en pillage massif le 26 janvier 2009. M. Ravalomanana a démissionné le 17 mars 2009 avant de s' exiler en Afrique du Sud, tandis que M. Rajoelina a pris le pouvoir le 21 mars 2009.

Les personnalités supportant M. Ravalomanana et M. Rajoelina dirigent ensemble la transition actuellement mais il parait que la cohabitation est actuellement en difficulté pour sortir le pays de la crise politique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Prochaine visite en Chine de Mme Merkel
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?