Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 06.01.2012 12h26
Egypte: les procureurs demandent la peine de mort pour Hosni Moubarak

Le Tribunal pénal du Caire a poursuivi jeudi le procès de l'ancien président Hosni Moubarak et de dix autres personnes, et les procureurs ont demandé la peine de mort pour M. Moubarak, accusé d'avoir tué des manifestants.

L'arrivée de M. Moubarak à la cour a été retardée de près de deux heures en raison des conditions climatiques. Par hélicoptère depuis le Centre médical international, il est arrivé à l'Académie de police du Caire où se tient le procès.

Les procureurs ont continué leurs plaidoyers pour le troisième et dernier jour du procès de Hosni Moubarak.

Ces deux derniers jours, le procureur a accusé M. Moubarak d'avoir été un leader tyrannique qui a valorisé la corruption en Egypte. Le procureur a également déclaré que le ministère de l'Intérieur et l'agence de la sécurité nationale n'étaient pas coopératifs, selon l'agence de presse officielle MENA.

Le procès a duré environ trois heures et a été ajourné jusqu'aux 9 et 10 janvier.

L'ancien président âgé de 83 ans, l'ancien ministre de l'Intérieur Habib el-Adli, et six assistants M. Adli, sont accusés d'avoir ordonné le meurtre de manifestants ainsi que de complicité dans cette affaire. Par ailleurs, M. Moubarak, ses deux fils Alaa et Gamal, ainsi que l'homme d'affaires en fuite, Hussein Salem, sont accusés de corruption, de réalisation de bénéfices excessifs et d'exportation de gaz en Israël à des prix bas.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 5 janvier
Sélection du Renminribao du 5 janvier
Faire de plus grands efforts pour pouvoir parvenir au niveau mondial des classes moyennes
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine