Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 02.12.2011 13h55
Présidentielle 2012 : Moustapha Niasse choisi comme candidat par une frange de la principale coalition de l'opposition sénégalaise

Une frange de Benno Siggil Sénégal, la principale coalition de l'opposition sénégalaise, a choisi Moustapha Niasse, leader de l'Alliance des Forces de Progrès (AFP), comme son candidatà la présidentielle du 26 février 2012, a appris jeudi Xinhua auprès de cette coalition.

Après plusieurs mois de débats et de négociations, quelque19 partis sur 33 se sont prononcés en faveur de M. Niasse, 72 ans, ancien Premier ministre sous le régime du président Wade, devenu son opposant après son éviction. Les 14 autres partis se sont abstenus.

Moustapha Niasse, ancien ministre des Affaires étrangères sous le régime socialiste de Abdou Diouf, était en compétition avec Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du Parti socialiste (PS), comme candidat de « l'unité » de la coalition.

Ce dernier a déclaré qu'il maintenait sa candidature, confirmant ainsi la division, sinon l'éclatement de fait de la coalition Benno. Une dizaine de personnalités ont déjà annoncé leur intention de présenter leur candidature. Parmi elles, le président sortant Abdoulaye Wade, 85 ans, dont la candidature est contestée par l'opposition et la société civile, qui invoquent un troisième mandat anticonstitutionnel. Ses partisans considèrent pour leur part qu'il s'agit d'un second mandat, parce que la constitution a été remaniée en 2001 pour limiter à deux les mandats après élection de Wade en 2000.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Un haut responsable du PCC souligne l'importance de la discipline dans la nomination des officiels
Nouvelles principales du 1er décembre
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie