Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.11.2011 09h59
Tunisie: divergences de vues sur la répartition des pouvoirs

La présidence du nouveau gouvernement tunisien sera le centre du pouvoir exécutif et non pas la présidence de la République, a rapporté mardi la presse tunisienne citant M. Habib Khethr, président de la Commission de l'organisation provisoire des pouvoirs publics au sein de la Constituante.

Les travaux de cette Commission, démarrés depuis quelques jours, ont dévoilé certaines divergences de vues des différents membres de l'Assemblée concernant la répartition des pouvoirs entre la présidence de la République, du gouvernement et de la Constituante.

Les constituants sont également entrés en désaccord par rapport aux modalités de vote du projet de la nouvelle Constitution, selon Said Mechichi, membre de la Commission de l'organisation des pouvoirs publics.

La tâche de cette Commission, d'après son président, n'est pas l'institution d'un régime présidentiel ni parlementaire, mais plutôt élaborer un modèle de répartition équilibrée des pouvoirs qui serait, selon certains, proche du régime parlementaire ou d'un régime présidentiel modifié, selon d'autres.

"Les prérogatives de la présidence de la République ne seront pas formelles comme dans le cas des régimes parlementaires absolus ", a-t-il précisé.

Parmi les points autour desquels les membres de la Commission se sont mis d'accord, figurent la candidature à la présidence de la République, l'élection du Président, la délégation de pouvoirs en cas d'empêchement, les modalités d'élection d'un nouveau Président en cas d'empêchement absolu outre la question du siège de la présidence de la République et les modalités de la motion de censure.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le Gouvernement chinois souhaite apaiser les craintes des entreprises étrangères
Nouvelles principales du 29 novembre
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie
Pour faire entrer l'Afrique dans le futur...
Routes chinoises : à quand la fin du massacre ?