Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 29.11.2011 11h12
Libye : les Amazigh exigent une plus grande représentation politique

En Libye, plusieurs centaines de personnes appartenant à l'une des plus grandes ethnies du pays se sont rassemblées dimanche devant les portes du Premier ministère pour exiger une plus grande représentation politique.

Les Amazigh, ou Berbères, veulent que leur langue et leur culture soient reconnues, maintenant que le régime répressif de Kadhafi est terminé. Mais leurs exigences provoquent des tensions avec la majorité arabe. Cette querelle figure parmi les nombreuses autres qui ont émergé depuis la fin du régime de Kadhafi, ce qui gène les nouveaux dirigeants du pays.

Fathi Abo Zakhare

Manifestant

"Nous, les Amazigh, nous voulons être au gouvernement, nous voulons voir Amazigh dans la constitution. Nous ne voulons subir aucune sorte de mépris comme nous l'avons vécu sous le régime de Kadhafi, et c'est ça notre message au monde."

Les manifestants, dont beaucoup brandissaient des drapeaux amazigh jaune, bleu et vert, ont passé la garde de sécurité jusqu'au parking face au bâtiment abritant les bureaux du Premier ministre par intérim, Abdurrahim El-Keib. Ils se sont arrêtés devant l'entrée du bâtiment où des gardes de sécurité les ont empêchés de pénétrer. Aucun acte de violence n'a été rapporté.

"Les hommes Amazigh et les femmes Amazigh font partie de la Libye. Ils ne peuvent pas en être séparés."

Les Amazigh libyens ont joué un rôle important dans les combats pour déchoir Kadhafi. Leurs milices contrôlent aujourd'hui plusieurs districts de la capitale.

Leur mouvement a commencé la semaine dernière après l'annonce d'un gouvernement intérimaire sans postes de rang ministériel pour les Berbères. Les Amazigh font partie des groupes d'intérêt qui exploitent les nouvelles libertés pour demander force et influence, souvent sans trop d'attention à l'ordre public.

Samedi soir, une foule d'hommes venant de Souk al-Joumaa, un district de Tripoli, a encerclé un avion de passagers de Tunis-Air sur une piste d’un aéroport de la ville. Le décollage de l'avion a été retardé de plusieurs heures. Ils exigeaient une enquête gouvernementale sur la mort de plusieurs combattants tués par la milice locale. L'opérateur tunisien a plus tard déclaré la suspension de ses vols vers Tripoli à cause de cet incident.



Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Environ un million de Chinois participent au concours de la fonction publique
Nouvelles principales du 28 novembre
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie
Pour faire entrer l'Afrique dans le futur...
Routes chinoises : à quand la fin du massacre ?