Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 22.11.2011 08h01
Madagascar : une semaine riche en événements politiques

Cette semaine sera riche en événements politiques à Madagascar, suite au report de la formation du gouvernement d'union nationale prévue le 17 novembre dernier et à l'annonce du retour de l'ancien président Didier Ratsiraka en exil en France depuis 2002.

Suite au report à sine die de la formation du gouvernement du Premier ministre Omer Beriziky, le président de la Haute Autorité de la Transition (HAT), Andry Rajoelina, a déclaré samedi soir de former le gouvernement dans les plus brefs délais.

Le front de l'opposition, regroupant les mouvances des anciens présidents Marc Ravalomanana et Albert Zafy ainsi que l'ancien Premier ministre de la HAT, Monja Roindefo, a demandé jeudi dernier un report d'une semaine de la formation de gouvernement pour plus de réflexion.

Samedi dernier, lors de sa rencontre avec le Premier ministre Omer Beriziky et l'ambassadeur sud-africain en poste à Madagascar, Mogheti Monaissa, qui dirige en permanence le bureau de liaison de la Communauté de développement de l'Afrique australe dans la grande île, le front de l'opposition a exigé un audit sur la gestion de la transition avant d'intégrer dans le gouvernement.

En outre, le syndicat des grands corps de l'Etat, composé des officiers généraux, a lancé un ultimatum à la HAT, vendredi dernier, pour former le gouvernement d'union nationale avant le jeudi 24 novembre prochain, sinon ce syndicat va se réunir vendredi afin de nommer un gouvernement de "techniciens".

Par ailleurs, l'ancien président Didier Ratsiraka, en exil en France depuis 2002 suite à la crise post-présidentielle entre lui et l'ancien président Marc Ravalomanana, a annoncé samedi son retour à Madagascar pour mercredi ou jeudi prochain.

Madagascar est coincé dans une crise politique depuis décembre 2008 suite à une opposition entre Marc Ravalomanana, président de la République, et Andry Rajoelina, qui était maire d' Antananarivo à l'époque. Suite à des manifestations de rues qui ont duré plus de trois mois, M. Ravalomanana a cédé le pouvoir à un directoire militaire le 17 mars 2009, mais les forces armées l'ont transféré à Andry Rajoelina quelques heures après.

La crise politique persiste jusqu'à aujourd'hui, mais le point positif de la crise a été la réconciliation entre les anciens présidents successifs, Ratsiraka, 75 ans, Ravalomanana, 62 ans, et Zafy, 84 ans, qui ont été des rivaux politiques. Ces trois anciens présidents ont uni leurs forces depuis août 2009 pour protester Rajoelina, 37 ans.

D'autres points remarquables de la crise ont été la décision de l'ancien Premier ministre de la HAT, Monja Roindefo, de rallier le camp de l'opposition depuis son limogeage vers la fin de l'année 2009, et la persuasion des quelques bras droit de l'ancien président Marc Ravalomanana et de Ratsiraka de joindre le camp de Rajoelina.

Ratsiraka a été président de la République pendant 21 ans, de 1975 à 1991 puis de 1996 à 2001, Ravalomanana a dirigé le pays pendant sept ans de 2002 à 2009, et Zafy a présidé pendant trois ans, de 1993 à 1996.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois promet de renforcer les relations avec Brunei
Nouvelles principales du 21 novembre
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »
Les suggestions de FMI à propos de la Chine ne correspondent pas à la réalité de celle-ci
La coopération est-asiatique après le « retour » des Etats-Unis