Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 21.11.2011 10h43
Maroc : Le PJD affiche ses ambitions de devenir le premier parti politique du pays

A l'approche des élections législatives prévues le 25 novembre prochain, le Parti Justice et du Développement (PJD), principal parti d'opposition avec 47 députés ne cache pas ses ambitions de devenir le premier parti politique du pays en présentant un programme électoral très généreux en promesses.

Ce programme s'articule autour de 5 axes avec une priorité pour l'économie et le social comme il se doit et avec une bonne gouvernance comme mot d'ordre. le PJD promet, dans son programme électoral, de positionner le Maroc parmi les 90 premiers pays en matière d'indice de développement humain, de ramener le taux d'analphabétisme à 20 % à l'horizon 2015 et à 10 % à l'horizon 2020, de porter le SMIG à 3.000 dirhams et le montant minimal de la pension de retraite à 1.500 dirhams et d'améliorer la santé mère-enfant.

Le PJD mise sur un déficit budgétaire de l'ordre de 3% du PIB, un taux de croissance de l'ordre de 7% et d'une réduction de moitié du taux de pauvreté, objectifs qu'il juge tout à fait raisonnables.

Il envisage également de procéder à un allègement des impôts pour les classes moyennes et modestes mais pas pour les riches qui seront imposés plus lourdement.

A noter que la Koutla démocratique discute de la possibilité d'une alliance avec le PJD, mais après les élections.

La Koutla est composée du parti de l'Istiqlal dont est issu l'actuel Premier ministre, l'Union Socialiste des Forces populaires (USFP) et le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS).

Le PJD partage avec le parti de l'Istiqlal les mêmes points de vue au sujet du dévouement aux fondements de la Nation qui sont "l'Islam modéré, le juste milieu, la monarchie constitutionnelle et l'intégrité territoriale".

Nabil Benabdellah, Secrétaire général du PPS, a déclaré que l'alliance avec le PJD est "en discussion" et exclut l'élargissement de la Koutla.

Le PJD fait face à la "Coalition pour la démocratie", composée de huit partis (G8), regroupés autour du Rassemblement national des indépendants (RNI, libéral) qui entend lui barrer la route.

Le G8 comprend en plus du RNI, l'Union constitutionnelle (UC), le Mouvement populaire (MP), le Parti authenticité et modernité (PAM), le Parti socialiste (PS), le Parti de la gauche verte (PGV), le Parti travailliste (PT) et le Parti de la Renaissance et de la Vertu (PRV).

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois arrive à Bali pour les réunions des dirigeants de l'Asie de l'Est
Nouvelles principales du 16 novembre
Les suggestions de FMI à propos de la Chine ne correspondent pas à la réalité de celle-ci
La coopération est-asiatique après le « retour » des Etats-Unis
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis