Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 15.11.2011 10h15
La responsabilité du contrôle des armes en Libye incombe au gouvernement libyen (expert US)

La responsabilité de contrôle des armes en Libye incombe au gouvernement de ce pays, a indiqué lundi à Alger le chargé du groupe de travail américain MANPADS Task Force (systèmes portatifs de défense aérienne), Derrin Smith, a rapporté lundi l'agence de presse APS.

"La responsabilité de contrôle des armes libyennes relève du rôle souverain du gouvernement libyen et depuis (l'annonce de) la formation de ce dernier, la communauté internationale se tient prête à l'aider", a indiqué M. Smith au cours d'une conférence de presse animée à l'ambassade des Etats-Unis à Alger.

Selon lui, l'aide de la communauté internationale au gouvernement libyen consiste à l'assister pour répertorier et contrôler les armes et mettre fin à leur prolifération.

Selon M. Smith le régime du colonel Kadhafi disposait de quelque "20.000 missiles sol-air à très courte portée (SATCP) qui se trouvaient dans des bunkers et dont la plupart ont été détruits dans les raids de l'OTAN".

Il a précisé que la plupart de ces armes "se trouvent aujourd'hui enterrées sous des tonnes de béton", ajoutant qu'il faut énormément de temps pour effectuer les excavations nécessaires qui permettrons de faire l'inventaire exact du nombre restant de missiles.

"Ce n'est pas une question de quelques semaines ou de quelques mois. Nous aurons besoin d'une coopération et d'un renforcement des capacités à long terme afin d'inventorier les missiles en Libye et de les bien contrôler", a-t-il relevé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 11 novembre
Les présidents chinois et américain s'engagent à renforcer le partenariat sino-américain
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?