Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 04.11.2011 13h40
Libye: des cas de mauvais traitement de prisonniers

Selon les estimations de l'ONU, environ 7 000 prisonniers de guerre sont détenus dans les prisons libyennes. Des cas de mauvais traitement de détenus ont été rapportés. Les autorités de transition affirment qu'elles feront tout leur possible pour régler ces problèmes, mais avouent qu'ils sont inévitables.

C'est une journée de liesse pour ces 300 prisonniers. Après avoir passé des mois dans des cellules encombrées de détenus dans l'attente d'une inculpation ou d'un jugement, ils ont été libérés dû au manque de preuves criminelles.

Dispersés partout en Libye, des milliers de combattants pro-Kadhafi et de mercrenaires étrangers sont en détention dans des institutions comme celle-ci.

Le gouvernement par intérim promet de les juger dans les plus brefs délais. Des cas de mauvais traitement de prisonniers ont été rapportés aux travailleurs des droits de l'Homme. Des fosses communes sont la preuve de l'exécution de partisans de Kadhafi. Pour les autorités, de tels problèmes semblent inévitables en cette période de changement en Libye.

Abdel Rezak El Aradi

Vice-président du Comité suprême de sécurité, CNT

"Avant que le peuple libyen ne choisisse son dirigeant et qu'il prenne en charge le pays, des choses comme celles-ci peuvent arriver. C'est regrettable, mais en fin du compte, la justice sera préservée."

Ce non combattant a été livré par ses voisins aux forces rebelles en raison d'activités douteuses. Il a été détenu pendant 45 jours et dit avoir été traité correctement derrière les barreaux.

Mansour Bashir

Prisonnier libéré

"Au début, c'était difficile, mais Dieu merci, cela s'est ensuite amélioré."

Cet homme reconnaît avoir été un partisan de Kadhafi. Après deux mois passés en cellule, il a été libéré dans une Libye nouvelle. Il avoue être maintenant dans l'obligation de changer ses perspectives.

Taher Lefi Abdallah

Prisonnier libéré

"Je recommence vers un nouvel avenir où ma vie sera meilleure, si Dieu le veut."

Plus d'un millier de personnes sont toujours derrière les barreaux. Les demandes de visite sont rejetées par les responsables des prisons. Ces femmes venues chercher un emploi en Libye ont été capturées et sont maintenant libres. On leur a dit qu'elles étaient détenues pour ne pas être considérées comme mercenaires.

Augustine

Nigérianne libérée

"Ils ont dit qu'ils voulaient garantir notre sécurité. Ils ont dit que c'était dans notre intérêt parce qu'ils savaient que nous sommes innocentes. Nous sommes originaires du Nigéria."

Malgré cette innocence, leurs frères et époux sont toujours en détention dans le même complexe. Aucune information n'a filtrée sur leur situation et sur les motifs d'inculpation.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Un vice-Premier ministre chinois appelle à la facilitation de l'investissement et des échanges commerciaux
Nouvelles principales du 3 novembre
La route qui est devant nous est encore cahotique
Le dialogue est la « meilleure façon » d'éviter la guerre commerciale
La fin tragique de Kadhafi va profiter à la campagne électorale de Barack Obama