Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 21.10.2011 13h28
Mouammar Kadhafi est mort des suites d'une balle dans la tête

Répondant aux rumeurs entourant les circonstances de la mort de l'ancien homme fort du pays, le Conseil National de Transition libyen, a précisé que Kadhafi avait succombé à une blessure résultant d'échanges de coups de feu entre troupes rebelles et loyalistes après sa capture. L'important est maintenant la reconstruction du pays.

Mahmoud Jibril confirme la fin d'un règne de 42 ans ponctué d'une guerre civile de 8 mois.

Mahmoud Jibril

Président du CNT

"Nous Libyens attendions ce moment historique. Mouammar Kadhafi est mort. Aux questions de qui et comment il a été tué, nos experts actuellement à la morgue mènent l'enquête. Dès que nous aurons les résultats, nous informerons tout le monde."

Citant un premier rapport forensique, Mahmoud Jibril dément que Moummar Kadhafi est mort des suites d'un bombardement aérien de l'OTAN, précisant qu'il aurait reçu une balle dans la tête après avoir été capturé vivant à Syrte. Il aurait par la suite trépassé en route vers l'hôpital. Une vidéo amateur était déjà disponible jeudi, où l'on voit Mouammar Kadhafi vivant et ensanglanté être emmené par les forces du CNT. Une autre vidéo amateur montre le corps sans vie de l'ancien président libyen être traîné au sol la tête rouge de sang. Mouammar Kadhafi a dirigé d'une main de fer la Libye pendant 42 ans, soit jusqu'à la capture de la capitale Tripoli en août de cette année. La Libye entre désormais de plein pied dans une nouvelle ère. Les anciens rebelles, désormais totalement au pouvoir, font face à un gigantesque travail de reconstruction.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Nouvelles principales du 20 octobre
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine s'oppose à un rapport américain sur ses affaires intérieures
Les Etats-Unis jouent au voleur volé en accusant la Chine d'être « manipulatrice de taux de change »
Détrompez-vous et cessez de vous enferrer dans votre absurde idée de la « non transparence »
L'heure n'est pas à la baisse des taux