Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 12.10.2011 07h49
Présidentielle camerounaise: les partis d'opposition ont sous-estimé la conquête électorale selon un analyste (INTERVIEW)

Rarement représentés dans les bureaux de vote, les partis d'opposition ayant présenté des candidats à la présidentielle tenue dimanche au Cameroun, ont sous-estimé la conquête électorale, a jugé à Xinhua Cirille Roland Nyeck, directeur exécutif de l'Institut pour la gouvernance en Afrique centrale (IGAC), organisme indépendant basé à Yaoundé.

Neutralité contestée des responsables d'Elections Cameroon (ELECAM), organe électoral, impréparation des partis politiques, annonce tardive de la candidature du président sortant et appels au boycott sont autant de facteurs pouvant expliquer le fable engouement manifesté par les électeurs lors de ce scrutin, observe cet analyste politique.

Question : Quelle analyse faites-vous de l'élection présidentielle du 9 octobre au Cameroun ?

Réponse : Nous avons observé avec attention le comportement du corps électoral au cours de la journée électorale du 9 octobre. Nous avons constaté qu'il n'y avait véritablement pas d'engouement de la part des citoyens camerounais, que ce soit au Cameroun ou à l'extérieur du pays. Tout de même, cette journée s'est déroulée dans un calme discutable. Nous avons appris qu'il y aurait eu un certain nombre d'incidents, notamment dans les régions de l'Ouest et du Nord-Ouest du Cameroun, ainsi qu'en Belgique où pendant plusieurs heures un certain nombre de citoyens auraient été retenus dans les locaux de la police. Tout cela ne dénote pas d'une sérénité, mais plutôt d'une situation de frénésie qui, à notre sens, peut révéler un certain nombre de problèmes que ce processus électoral va certainement connaître.

Q : Selon vous, à quoi est dû le faible engouement des électeurs ?

R : Le faible engouement des électeurs est facilement compréhensible. Je pense qu'il dénote d'un manque de confiance des citoyens vis-à-vis du système électoral et des acteurs politiques. On a tous connu le processus qui a conduit à la création d'ELECAM et les difficultés qu'ELECAM a eues à confirmer sa légitimité au niveau national. Ce processus de mise en place de l'organe chargé d'organiser les élections a véritablement conduit à un désamour des citoyens vis-à-vis de cet organe. Mais aussi, les acteurs eux-mêmes chargés d'animer cet organe n'ont pas toujours fait l'unanimité, que ce soit le président Fonkam Azu'u dont la neutralité a été et continue d'être contestée aujourd'hui, en passant même par certains acteurs de la société qui font ou faisaient partie de cet organe électoral. Je pense ici à Mme Biyong Pauline qui a été exclue de cet organe à quelques heures de l'élection présidentielle. Ce ne sont pas des situations qui sont de nature à rassurer les électeurs et ça peut justifier la réserve que certains électeurs ont manifestée vis-à-vis de ce système électoral.

A côté aussi, nous avons les acteurs politiques qui étaient en course, notamment les candidats eux-mêmes. Le candidat du RDPC, le président Biya traînait avec lui le grief selon lequel 29 ans de pouvoir, c'est beaucoup. Evidemment, les militants du RDPC certainement sont allés au vote, mais le RDPC n'a pas réussi à pêcher au-delà de son assiette habituelle. Pour ce qui concerne les candidats des partis d'opposition, notamment le SDF qui, pendant longtemps, a prôné le boycott des élections, ce n'est qu'à quelques semaines des élections qu'il a demandé à ses militants d'aller s'inscrire sur les listes électorales. Ce jeu que le SDF a donné à voir aux citoyens camerounais ne leur a pas permis de suivre de manière cohérente l'action du chef de l'opposition camerounaise.

Q : Que dites-vous de l'absence des représentants des candidats de l'opposition dans les bureaux de vote dont a même pu constater que certains ont fait appel au pied levé à des jeunes, notamment des étudiants pour faire ce travail ?

R : C'est une situation désolante. Nous pensons que cette élection a souffert d'une véritable impréparation, du point de vue de l'organe chargé d'organiser les élections. Vous parlez de l'absence des scrutateurs des partis politiques, je vous dirais même qu'ELECAM a démontré hier (dimanche) qu'il n'était pas prêt, parce que les bureaux de vote n'étaient pas ouverts dans plusieurs localités du Cameroun à l'heure, c'est-à-dire 8 heures du matin. ELECAM comme les partis politiques n'ont véritablement pas eu assez de temps pour organiser ou pour prendre part à cette élection. Donc, ce qu'on a connu hier (dimanche), c'est-à-dire l'absence des scrutateurs de tous les candidats dans les bureaux de vote, ne dénote que de cette impréparation. Je pense que les partis politiques de l'opposition ont sous-estimé la conquête électorale que représente l'élection présidentielle.

Q : Justement, face au président sortant, est-ce qu'on ne s'est pas retrouvé parfois avec des aventuriers ?

R : Effectivement, lorsque les partis ne sont pas préparés, ça ne peut être que de l'aventure. Souvenez-vous bien qu'il y a encore trois semaines on n'était pas sûrs que le président Biya serait candidat. Même ses propres lieutenants en étaient encore à le supplier de se représenter. Or, on sait que c'est sa candidature que tout le monde attendait, parce que c'est ça effectivement qui déclencherait la compétition électorale. Les partis politiques de l'opposition effectivement ont eu tort de greffer leur agenda à celui du candidat du RDPC. Mais étant donné que, en ce moment, c'est le RDPC qui est le parti au pouvoir, c'est le président du RDPC qui est président de la République et qui décide de la date de la tenue de l'élection, les autres partis politiques certainement ont suivi le RDPC dans cette dynamique qui est celle d'attendre le tempo du candidat du RDPC. La deuxième raison, c'est le manque de moyens des partis politiques de l'opposition. On a vu certains candidats qui véritablement n'étaient pas prêts matériellement, financièrement. La troisième chose, l'aide publique apportée aux partis politiques qui ont présenté des candidats à cette élection présidentielle était largement insuffisante. Elle devait au moins tenir compte du désintéressement des scrutateurs dans tous les bureaux de vote du Cameroun.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Wu Bangguo appelle au renforcement des relations sino-canadiennes
Les centres de la culture chinoise implantés à l'étranger permettent au monde entier de connaître la Chine
La Chine « dispute l'Europe » ne tient pas debout et est injustifiable
La farce législative américaine