Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 11.10.2011 13h19
Congo/Elections sénatoriales: le PCT et ses alliés raflent 29 sièges

Le Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) et ses alliés du Rassemblement de la Majorité Présidentielle (RMP) ont raflé 29 sièges sur les 36 en compétition dans le cadre des élections de dimanche dernier pour le renouvellement de moitié du Sénat, a appris Xinhua lundi à Brazzaville auprès du ministère congolais de l'Administration du territoire.

A lui seul, le PCT a gagné 12 sièges, les autres partis du RMP ont remporté 17 sièges. Cinq sièges sont revenus à des candidats indépendants et les deux sièges restant ont été remportés par l'opposition, notamment l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS, de l'ancien président Pascal Lissouba).

Au total, 103 candidats dont 13 femmes, pour les 36 sièges à pourvoir, ont sollicité les suffrages des grands électeurs, notamment les conseillers municipaux et départementaux, en vue du renouvellement de moitié du Sénat.

Prévu par la loi, le renouvellement de moitié des membres du Sénat s'effectue tous les trois ans et concerne 36 sénateurs. Les dernières élections sénatoriales datent de 2008.

Le Sénat congolais compte 72 membres, soit en moyenne six sénateurs pour chacun des 12 départements du pays. Il est dirigé depuis 2008 par André Obami Itou, 71 ans, du PCT.

A l'issue de ces élections sénatoriales de dimanche dernier, le PCT et ses alliés conservent la majorité au Sénat avec 63 Sénateurs, contre cinq Sénateurs indépendants et quatre Sénateurs pour l'UPADS.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Hu Jintao : la Chine s'en tiendra au développement pacifique dans la poursuite du renouveau
Les centres de la culture chinoise implantés à l'étranger permettent au monde entier de connaître la Chine
La Chine « dispute l'Europe » ne tient pas debout et est injustifiable
La farce législative américaine