Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 06.10.2011 13h22
Décès de l'administrateur camerounais à la BDEAC

L'administrateur représentant le Cameroun à la Banque de développement des Etats de l'Afrique centrale (BDEAC), Sambo Hamadou, est décédé des suites d'une courte maladie, selon un communiqué du président de la BDEAC transmis mercredi à Xinhua à Brazzaville.

Sambo Hamadou a été l'administrateur représentant le Cameroun au conseil de la BDEAC de 2006 à 2011.

Selon la note biographique présentée par la BDEAC, Sambo Hamadou, né en 1956 dans la région de Balaza Alcali près de Maroua au Cameroun, était marié et père de huit enfants.

Il commence sa carrière au ministère des Finances le 12 novembre 1982 comme cadre d'appui au service des contrôles et visas DM (Dépenses de matériels), puis fondé de pouvoirs à la Trésorerie générale de Ngaoundéré. Il accède au poste de Payeur général du Trésor en 1997, Trésorier payeur général de Douala en 1999.

En octobre 2006, il est appelé à servir dans les services centraux de la nouvelle Direction générale du trésor et de la coopération financière, de la monnaie et des assurances, qu'il a dirigée de 2009 jusqu'à son décès lundi dernier.

La BDEAC qui a son siège à Brazzaville, a été créée le 3 décembre 1975 par un accord signé par les six Etats membres que sont le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad. Elle a pour mission principale de promouvoir le développement économique et social de ses Etats membres, notamment par le financement des projets multinationaux et des projets d'intégration économique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
62ème anniversaire de la fondation de la République Populaire de Chine
La loi américaine sur la devise chinoise fait plus de mal que de bien : médias américains
La Chine a naturellement ses nobles ambitions
Chine : pourquoi le dalaï lama s'inquiète-t-il de sa réincarnation