Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 06.10.2011 10h32
Maurice : la crise politique mine le climat des affaires (ANALYSE)

La crise politique qui secoue l'île Maurice depuis maintenant trois mois commence à affecter le monde des affaires comme en témoigne la dernière enquête de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) publié la semaine dernière.

L'indicateur de confiance des opérateurs (Business Confidence Indicator) a perdu 12 points entre juillet et septembre 2011 pour s'établir à 99 points. Cette baisse intervient après trois trimestres de hausses successives.

Si l'étude de la CCI ne se prononce pas spécifiquement sur la portée des bouleversements politiques, certains hommes d'affaires comme Arnaud Lagesse, Chief Executive du groupe Mon Loisir, leader du Top 100 des entreprises mauriciennes, n'hésiteNT pas à pointer du doigt les politiques.

Commentant la stabilité politique dans le pays, Arnaud Lagesse a appelé vendredi dernier la classe politique à "mettre un peu d' ordre dans ses affaires" et tout le monde à se mettre à travailler. Il espère que "les messages transmis par l'indicateur de confiance des opérateurs économiques seront bien décodés par les politiques et que ces derniers viendront avec des mesures qui redonnent courage".

Le nouveau ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, travaille assidûment à la présentation de son nouveau budget et multiplie les consultations tant avec les employeurs que les syndicats et les représentants de la société civile mais les déclarations de certains membres de la majorité gouvernementale contre l'ancien ministre des Finances, Pravind Jugnauth, arrêté et inculpé pour un conflit d'intérêt, se révèlent très embarrassantes pour lui, car Pravind Jugnauth aura laissé une empreinte positive en réussissant pour la première fois depuis des années à réduire le déficit commercial et en maintenant l'investissement privé.

Or, ce dernier vient de plonger à nouveau, ce qui a poussé le Bureau central des statistiques à revoir à la baisse ses prévisions sur le taux de croissance la semaine dernière, de 4,5% (début de l'année) à 4,1%.

D'autre part, les prévisions optimistes début 2011 pour des arrivées touristiques au-delà de 1.000.000 cette année ont été également revues à la baisse par le ministre du Tourisme Michael Sik Yuen lors d'une conférence de presse lundi.

Il a égratigné son prédécesseur en ridiculisant son objectif de viser le marché chinois et indien et en voulant privilégier les marchés occidentaux traditionnels en dépit de la crise économique persistante qui secoue le vieux continent. Une mesure que les opérateurs touristiques apprécient moyennement.

"C'est un mauvais signal qui est lancé pour les opérateurs du tourisme", déclare B.J propriétaire d'une agence de voyage, qui a souhaité garder l'anonymat.

"Nous avons déjà investi dans la formation de personnes capables de travailler avec les Chinois et les Indiens. C'est frustrant de devoir tout revoir parce que le nouveau ministre veut effacer l'héritage de son prédécesseur", a-t-il relevé.

Les efforts persistants des membres de la majorité gouvernementale de vouloir effacer ou dénigrer le travail des ministres démissionnaires semblent avoir un effet contraire auprès du public et des opérateurs économiques. Mais le pire reste le climat de méfiance qui s'est installé depuis qu'un frère d'un député de la majorité est allé faire une déposition à la police contre son voisin, un médecin membre d'un parti de l'opposition, l'accusant de comploter pour déstabiliser le Premier ministre et son gouvernement.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
62ème anniversaire de la fondation de la République Populaire de Chine
La Chine a naturellement ses nobles ambitions
Chine : pourquoi le dalaï lama s'inquiète-t-il de sa réincarnation
La Chine doit diversifier ses investissements