Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.09.2011 13h11
Lancement au Maroc du premier TGV africain (PAPIER GENERAL)

Le président français, Nicolas Sarkozy, s'est rendu jeudi à Tanger (278 km au nord de Rabat) afin d'assister en compagnie du roi du Maroc, Mohammed VI, à la présentation et au lancement de la ligne du train à grande vitesse (TGV).

La ligne marocaine reliera Tanger, Rabat et Casablanca pour un investissement total de 33 milliards de dirhams (1euro= 11, 60 DH) environ. La France participe à la réalisation du projet de TGV dans le cadre duquel 20,5 milliards de DH sont dédiés au tronçon Kénitra-Tanger.

Le groupe de l'hexagone Alstom a promis un don de 40 millions d' euros, comprenant 14 rames de train. Fruit d'une collaboration avec la France depuis la visite du président Nicolas Sarkozy au Maroc en octobre 2007, le projet du TGV est financé à hauteur de 5, 8 milliards de DH en provenance du budget de l'Etat et du Fonds Hassan II pour le développement économique et social, 1,9 milliard de DH sous forme de dons français et européens et 12,3 milliards de DH sous forme de prêts avantageux consentis par la France et la Banque européenne d'investissement.

Le financement de ce premier TGV africain est bouclé après que l'Etat marocain et l'Office national des chemins de fer (ONCF) ont signé un contrat-programme 2010-2015 incluant 20 milliards de DH pour 200 km de voies à grande vitesse et 14 rames à étage (500 places) conçues par l'opérateur français Alstom.

Les rames seront livrées en éléments séparés (motrices et voitures) à l'atelier de l'ONCF de Moghogha (Nord de Tanger), où seront réalisées les opérations de mise en rame. Les tests techniques préalables à la mise en service commercial, prévue en 2015, s'effectueront à la fois sur le site de Moghogha et sur le réseau ONCF.

Baptisé "Euro Duplex", ce train, dont une première rame a été livrée lundi à la Société nationale des chemins de fer français ( SNCF) qui en a commandé 55, est le premier TGV à deux niveaux interopérable, capable de rouler jusqu'à 320 km/h sur les réseaux européens, notamment français, allemand, suisse et luxembourgeois.

Les trains seront exploités à 320 km/h sous 25 kV entre Tanger et Kénitra, première section de 200 km du réseau marocain à très grande vitesse. Entre Kenitra et Casablanca, les rames rejoindront le réseau conventionnel où elles circuleront à 160 km/h ou à 220 km/h sous 3 kV, selon la vitesse d'exploitation prévue par le Maroc en 2015.

La liaison à très grande vitesse entre Tanger et Casablanca permettra de réduire les temps de parcours de 4h45 aujourd'hui à 2h10 après la mise en service de ligne et de transporter jusqu'à 10 millions de voyageurs. Avec une capacité de 533 voyageurs, chaque rame comprendra 8 voitures dont deux de première classe, une de restauration et cinq de seconde classe.

Rappelons que le groupe français Alstom s'est engagé, à travers une convention signée le 6 janvier dernier avec le gouvernement marocain, à réaliser sur les 10 prochaines années un volume d'achats auprès d'opérateurs installés au Maroc pour une valeur de 6 milliards DH (535 millions d'euros).

Le groupe s'engage aussi à investir dans une unité industrielle nouvelle qui réalisera sur la même période 3,5 milliards de dirhams (310 millions d'euros) d'exportations et à contractualiser avec une société d'offshoring installée au Maroc pour créer 65 postes d'emploi dans l'assistance informatique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Tiangong-1 sera lancé ce soir
Chine : pourquoi le dalaï lama s'inquiète-t-il de sa réincarnation
La Chine doit diversifier ses investissements
Une génération instable a-t-elle surgi en Europe ?