Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 29.09.2011 09h23
L'Etat mauritanien affirme son intransigeance face aux manifestants négro-mauritaniens contre le recensement (ministre)

Les autorités mauritaniennes ont affirmé leur intransigeance face aux manifestations des négro-mauritanien contre un recensement qu'ils estiment discriminatoire, a constaté un correspondant de Xinhua.

« Il ne sera permis à quiconque de troubler la quiétude des citoyens», a déclaré à la presse mardi soir le ministre mauritanien de l'Intérieur Mohamed Ould Boilil.

Des manifestations violentes contre les opérations d'enrôlement des populations, engagées depuis le mois de mai, sont notées depuis samedi dans le sud du pays et un manifestant a été tué et plusieurs autres blessés mardi, à Maghama, ville fluviale située à plus de 450 km au-sud de Nouakchott).

Ould Boilil a souligné que les « manifestants, sous prétexte d'arguments fallacieux, véhiculent, inconsciemment, par rapport à l'opération d'enrôlement, des slogans sans fondements qui, au-delà de l'intoxication, sont l'oeuvre d'acteurs politiques malveillants et peu soucieux de l'intérêt national ».

Le responsable mauritanien a rappelé que « les opérations d'enrôlement engagées depuis le mois de mai 2011 visent l'instauration dans notre pays d'un système d'état civil biométrique moderne et fiable ».

« L'Etat, convaincu qu'il y va de l'intérêt national, est résolument engagé à mener cette opération stratégique pour l'avenir du pays », a-t-il souligné. « Autant l'Etat est attentif aux préoccupations des citoyens, autant il reste ferme pour garantir l'intérêt suprême de la Nation ». Les manifestations des négro-mauritaniens sont menées par un mouvementd énopmmé « Touche pas à ma nationalité ». Une trentaine de sympathisants du mouvement « Touche pas à ma nationalité » dont une trentaine de sympathisants ont été interpelés par la police au cours de ces journées.

Alors que des renforts sécuritaire sont été envoyés au sud du pays, des négociations sont en cours entre des représentants de « Touche pas à ma nationalité » et des élus locaux, à Kaédi, pour trouver un terrain d'entente, indique une source administrative.

Plusieurs organisation de la société civile et des partis politiques ont lancé un appel au calme et demandé aux autorités de réviser ou d'annuler les opérations d'enrôlement en cours pour « garantir la paix civile et la cohésion nationale ».

Ce recensement objet de controverse est largement décrié dans la zone dufleuve Sénégal, dont la population est majoritairement négro-mauritanienne se sent visée par des dispositions discriminatoires des opérations d'enrôlement en cours.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine et la RPDC mettent l'accent sur la promotion des relations bilatérales
Chine : pourquoi le dalaï lama s'inquiète-t-il de sa réincarnation
La Chine doit diversifier ses investissements
Une génération instable a-t-elle surgi en Europe ?