Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 27.09.2011 15h56
Cameroun : programme de formation gouvernemental de 10 000 jeunes aux métiers techniques

D'un financement de 400 millions de francs CFA (800 000 USD) contre 2,5 milliards (5 millions USD) de budget prévisionnel, le ministère camerounais de l'Emploi et de la Formation professionnelle réalise en ce moment un programme de formation de près de 10 000 jeunes aux métiers techniques, a annoncé à Xinhua un responsable de ce ministère.

"Dans le cadre des activités du ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle, il y a plusieurs programmes qui sont mis en œuvre pour l'emploi et la formation professionnelle, parmi lesquels on a le programme d'amélioration de l'offre de formation professionnelle pour l'emploi", a expliqué le directeur de la formation et de l'orientation professionnelles, Philippe Ngathe Kom.

Ce programme consiste à former des jeunes Camerounais dans des spécialités telles que la mécanique automobile, la couture, la menuiserie, etc. dans des structures de formation professionnelle pilotes comprenant des SAR-SM (section artisanat rural et section ménagère) et des centres de formation professionnelle rapide appelés à répondre aux besoins du milieu du travail.

"Pour l'instant, nous avons commencé par la SAR-SM de Soa (Centre), la SAR-SM de Mbengwi (Nord-Ouest), le centre de formation professionnelle rapide de Garoua (Nord), la SAR-SM de Koza (Extrême-Nord), la SAR-SM de Bandjoun (Ouest) et on va continuer avec d'autres SAR-SM en fonction des moyens qui seront mis à disposition dans le cadre de ce programme-là", a précisé M. Ngathe.

"Là, nous visons une tranche de 30 apprenants par spécialité, parce que la formation est quand même assez spécifique. Pour des formations qui durent entre 12 et 18 mois, nous estimons à presque 10 000 apprenants qui rentreraient dans ce programme d'ici à 2014" avec le concours des partenaires tels que la Corée et de l'Agence française de développement (AFD), a-t-il ajouté.

Le responsable soutient encore qu'il est question de "mettre dans une spécialité tous les équipements nécessaires, aussi bien leurs référentiels, la formation des formateurs que les équipements pour que vraiment la formation soit complète".

Par ailleurs, a-t-il en outre insisté, "nous avons choisi également dans le développement de nos différents projets des analyses des situations de travail en zones agro-écologiques pour faire en sorte que chaque zone agro-écologique nous présente ses besoins afin que les formations qui seront développées dans cette zone puissent correspondre effectivement aux besoins".

Avec l'appui de la Banque mondiale, M. Ngathe et d'autres responsables du programme ont séjourné en Chine en 2010 pour s'imprégner de la pratique de la formation professionnelle dans la région Gouanzhou. "Nous sommes partis de là très enrichis et ce que nous faisons actuellement, c'est de faire en sorte que ce que nous avons appris en Chine puisse nous permettre d'être comme ces pays-là, des pays qui sont industrialisés".

En marge de ce projet, le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Zacharie Pérevet, est allé personnellement remettre le 19 septembre des équipements d'une valeur estimée à près de 125 millions de francs CFA (250 000 USD) à la SAR-SM de Mbengwi, prévue d'être transformée en centre de formation aux métiers.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Basket: la Chine sera aux JO
Une génération instable a-t-elle surgi en Europe ?
Le 6e forum international des médias en langue chinoise tenu à Chongqing
Les pressions sur la devise chinoise se fondent sur une erreur (COMMENTAIRE)