Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 08.09.2011 11h32
Le Rwanda souhaite l'extradition de suspects de génocide en Europe et en Amérique du Nord

Un haut responsable du Parquet général rwandais a appelé mercredi les pays occidentaux à poursuivre ou extrader pour qu'ils soient jugés au Rwanda des dizaines de suspects de génocide qui ont cherché asile en Europe ou en Amérique du Nord.

Le directeur de l'Unité rwandaise de recherche des fugitifs du génocide, Jean Boscio Siboyintore, a déclaré qu'il existait plusieurs (Rwandais) suspects de génocide qui ont été arrêtés dans différents pays, y compris l'ex-première dame du pays Agathe Habyarimana qui s'est récemment vu refuser l'asile par les autorités françaises parce qu'elle est recherchée pour génocide.

La justice rwandaise a toujours fait appel à la communauté internationale pour qu'elle l'aide à arrêter quelque 93 suspects essentiels dans le génocide de 1994 qui a fait quelque 800.000 morts au Rwanda.

S'adressant à la presse à Kigali, M. Siboyintore a déclaré qu' il y avait certains pays (dans le monde) qui n'ont pas fait preuve d'un engagement clair à coopérer avec les efforts du Rwanda en vue d'arrêter ces suspects essentiels, mais il n'a pas détaillé les noms de ces pays.

Deux anciens médecins, Eugène Rwamucyo et Sosthene Munyemana, sont actuellement demandeurs d'asile en France. Ils sont tous deux soupçonnés d'implication dans le génocide de 1994, principalement dans le sud du Rwanda, et ils ont été récemment arrêtés en France. Toutefois, la demande de leur extradition vers le Rwanda a par la suite été rejetée par un tribunal français.

En 2006, le gouvernement rwandais a publié une liste de 93 suspects de génocide qui se sont exilés en République démocratique du Congo et dans plusieurs autres pays d'Afrique australe, d' Europe et d'Amérique.

Parmi eux figurent Agathe Kanziga, veuve de l'ex-président Juvénal Habyarimana, qui vit actuellement en France mais comme demandeuse d'asile, a indiqué M. Siboyintore.

Malgré l'établissement et la reprise récemment des relations diplomatiques entre la France et le Rwanda, Kigali accuse Paris d' avoir joué un rôle dans le génocide de 1994 et de servir de refuge à certains des suspects.

Le président rwandais Paul Kagame est attendu en France pour une visite officielle historique le 12 septembre, et les deux pays ont repris leurs relations diplomatiques en novembre 2009.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine s'engage à accroître sa superficie forestière de 40 millions d'hectares (Hu Jintao)
Quotidien du Peuple : la gestion de crise ne peut pas aider ConocoPhillips
Comment les femmes peuvent réussir dans un monde d'hommes
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience