Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 22.08.2011 10h51
Les rebelles à 3,2 km du centre-ville de Tripoli

En Libye, le leader du conseil des rebelles affirme que le fils aîné de Muammar Kadhafi s'est rendu. D'autre part, selon certaines informations, les rebelles seraient déjà dans la capitale, et ne seraient plus qu'à 3,2 kilomètres du centre-ville. Des témoins affirment que des foules de résidents locaux sont dans les rues pour les accueillir.

Les rebelles ont progressé rapidement. Des coups de feu ont été entendus près de l'hôtel Rixos, dans le centre de Tripoli dimanche soir.

Les rebelles n'auraient pas eu à composer avec une résistance très forte lors de leur entrée dans la ville.

Leur moral est à son plus haut. Ils ridiculisent les troupes gouvernementales.

Rebelle

"Comme le dit le colonel Kadhafi, ce sont des rats. Vous avez déjà vu des rats? Ils courent comme des rats, alors nous faisons du bon boulot en ce moment."

Des combats ont lieu dans au moins 3 districts de Tripoli.

Les rebelles ont également pris une base militaire appartenant à la brigade Khamis. Ils ont mis en déroute des troupes d'élite conduites par le fils de Moammar Kadhafi, Khamis.

D'autre part, le chef du Conseil national de transition, Mustapha Abdel Jalil, dit que Saif Al-Islam, le fils de Muammar Kadhafi, a été capturé. On a donné l'ordre de bien traiter le prisonnier pour qu'il puisse être traduit devant la justice.

Le Conseil dit aussi que la garde présidentielle de Kadhafi a déposé les armes.



[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7]

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les Etats-Unis s'engagent à établir des relations étroites, permanentes et amicales avec la Chine (Joseph Biden)
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale