Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 16.08.2011 13h09
Libéria : l'ONU appelle à des élections pacifiques, libres et honnêtes

Le succès des élections prévues en octobre 2011 au Libéria et l'arrivée pacifique au pouvoir d'une nouvelle administration seront d'une importance capitale pour la consolidation des progrès considérables que le pays a enregistrés au cours des huit dernières années, estime le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki- moon, dans un rapport publié lundi.

« En menant à bien les opérations d'inscription sur les listes électorales, les autorités libériennes ont démontré une aptitude croissante à planifier et exécuter cette entreprise nationale complexe que représenteront le référendum et les élections, et il importera donc que l'élan ainsi pris soit maintenu tout au long de ce processus », écrit Ban Ki-moon dans ce rapport qui couvre les six derniers mois.

Le secrétaire général souligne que l'ensemble des organismes des Nations Unies présents au Libéria continueront de fournir l'appui technique et logistique requis pour assurer la réussite opérationnelle de cette entreprise. Il estime toutefois que les difficultés logistiques seront loin d'être négligeables, dans la mesure où pratiquement tous les événements électoraux auront lieu au cours de la saison des pluies et où les délais seront extrêmement serrés.

« Je demande donc instamment à tous les acteurs politiques et à l'ensemble de la population de ne ménager aucun effort pour faire en sorte que le prochain scrutin soit libre, honnête et exempt de violence », dit-il. Il s'agit du deuxième scrutin démocratique depuis la fin du conflit au Libéria.

Selon le secrétaire général, les travaux du groupe de travail conjoint Gouvernement/Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL) pour la planification de la transition ont fait apparaître un nombre considérable de lacunes en matière de sécurité nationale qu'il faudra combler pour permettre un transfert sans accroc des responsabilités en matière de sécurité de la MINUL aux institutions nationales.

« La situation à la frontière avec la Côte d'Ivoire a fourni à ces institutions l'occasion de faire montre de leurs capacités opérationnelles, mais elle a aussi montré que des difficultés persistent, s'agissant en particulier de la logistique et du matériel. Il est donc urgent que les partenaires internationaux du gouvernement accroissent leur soutien au développement du secteur de la sécurité pour faire en sorte que les opérations de la MINUL puissent être progressivement réduites parallèlement au transfert de ses responsabilités en matière de sécurité aux institutions nationales », écrit-il.

Etant donné la capacité encore limitée des institutions nationales chargées de la sécurité et la nécessité vitale de soutenir les opérations de sécurité relatives aux élections, aux frontières et autres, Ban Ki-moon suggère de maintenir les effectifs de la MINUL jusqu'après les élections de 2011. La Mission, dont le mandat expire le 30 septembre 2011, a un effectif autorisé de 7.952 militaires et de 1.375 policiers.

Le secrétaire général recommande que le Conseil de sécurité proroge le mandat de la Mission pour une nouvelle période d'un an s'achevant le 30 septembre 2012, et examine la question de ses effectifs militaire et de police avant le 30 mai 2012, sur la base des conclusions d'une mission d'évaluation technique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine alloue annuellement 2 milliards de yuans pour protéger l'écosystème de la steppe au Tibet
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale