Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 10.08.2011 09h54
France : le limogeage par le CNT libyen de son bureau exécutif est "une décision souveraine"

Le ministère français des Affaires étrangères a jugé mardi que la décision du président du Conseil national de transition (CNT) libyen, Moustapha Abdeljalil, de limoger son "bureau exécutif" était "une décision souveraine".

Le CNT a annoncé lundi cette décision du chef de l'organe politique des opposants de Kadhafi, qui vise à "restructurer" le bureau exécutif ou gouvernement de la rébellion.

"Naturellement, nous souhaitons qu'un nouveau bureau exécutif puisse être rapidement désigné afin de poursuivre la mise en œuvre de la feuille de route politique présentée au Groupe de contact (sur la Libye, qui rassemble les membres de l'OTAN et des Etats arabes)", a déclaré de son côté la porte-parole adjointe du Quai d'Orsay, Christine Fages.

"Nous avons des relations régulières et confiantes avec le Conseil national de transition libyen (CNT), que nous avons reconnu, ainsi que tous les membres du Groupe de contact, comme l'autorité gouvernementale de la Libye", a rappelé Mme Fagès.

La dissolution du bureau exécutif du CNT intervient une dizaine de jours après l'assassinat, à Benghazi et dans des circonstances non élucidées, du général Abdel Fattah Younès, chef d'état-major de la rébellion.

La France est le premier pays qui a connu le CNT comme le seul "interllocuteur legitime" de la Libye.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : Zhouqu pleure ses victimes du glissement de terrain et accélère la reconstruction un an après la catastrophe
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale
Chine : le porte-avions est légitime pour le développement pacifique du pays (Commentaire)