Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 20.07.2011 10h48
Guinée : réunion d'urgence entre le gouvernement et les représentants des Institutions républicaines

Suite à l'attaque contre le domicile du président de la République, le Premier ministre guinéen Mouhamed Said Fofanah, a convoqué mardi, une réunion d'urgence en présence de tous les représentants des Instituons républicaines et la société civile, à la Primature, a constaté un journaliste de Xinhua sur les lieux.

Cette réunion, selon le Premier ministre, vise à tenir informé les présidents des Institutions républicaines de l'évolution de la situation dramatique survenue la nuit dernière, chez le président de la République.

La présidente du Conseil National de Transition (CNT) et les vices présidents, le premier président de la Cour suprême, le président du Conseil économique et social, le chef d'état-major des Armées, les chefs d'états particuliers des Armées, le président par intérim de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), les quatre Coordinations régionales des sages, les membres de la société civiles, les Centrales syndicales du pays et les membres du gouvernement et la presse nationale ont pris part à la réunion.

D'entrée de jeu, le Premier ministre a dit que des individus ont voulu attenter à la vie du chef d'Etat, en utilisant des armes lourdes, pour attaquer son domicile de Kippé. Avant de déplorer des morts et des blessés sur les lieux, avec des dégâts matériels visibles.

Au nom du chef d'Etat Pr Alpha condé, le Premier ministre a remercié les forces loyalistes pour leurs courages et les populations guinéennes pour le calme observé et les signes de sympathie manifestés en vers le président guinéen.

"Les services de défenses et de sécurité sont à pied d'oeuvre pour faire la lumière et toute la lumière sur ce qui s'est passé. Beaucoup d'assaillants (acteurs de l'attentat manqué, NDLR) ont été appréhendés et très certainement, des comptes rendus vous seront faits à temps utile", a souligné Mouhamed Said Fofanah.

Il a dit que des dispositions ont été prises pour sécuriser les citoyens et leur assurer aussi la sécurités des institutions de la république, afin d'éviter des débordements de la situations dans la ville. Car pour lui, si les auteurs avaient atteint leurs cibles (le chef d'Etats), la Guinée serait aujourd'hui dans un KO total, avec un retour en arrière et un bouleversement total des acquis démocratiques.

"Ces individus veulent faire revenir la Guinée en arrière", ajoutera-t-il avant d'insister que la Guinée ne reviendra jamais en arrière, puisque, selon lui, les reformes qui sont déjà engagés par le gouvernement seront poursuivis.

Il a promis que les coupables de l'acte seront traduits devant la loi, dans le strict respect des lois, sans aucune chasse à l'homme.

Pour finir, le Premier ministre a demandé aux citoyens de sortir et de vaguer à leurs occupations quotidiennes. Aux présidents des Institutions républicaines, il a sollicité à tous de s'impliquer dans la logique de la réconciliation nationale, pour préserver la paix et la quiétude sociales dans l'intérêt du peuple de Guinée.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Tibet célèbre le 60e anniversaire de sa libération pacifique
Le Tibet lance sa première autoroute
Les relations militaires sino-américaines progressent
Ces superstars du sport qui améliorent l'image de la Chine
La curieuse morale de certains medias occidentaux