Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 04.07.2011 09h38
Les dirigeants africains en intense discussion sur la crise libyenne

Les dirigeants africains rassemblés au sommet de l'Union africaine (UA) à Malabo, en Guinée équatoriale, sont en discussion intense à huis clos sur la crise libyenne.

Les discussions sont entrées dans leur deuxième journée vendredi, mais les dirigeants doivent encore se mettre d'accord sur les procédures à suivre pour tenter de résoudre la crise qui a été qualifiée de défi le plus grand que l'UA ait eu à relever.

Un ministre des Affaires étrangères, qui a préféré garder l'anonymat, a déclaré qu'alors que les leaders se sont entendus sur la substance, leurs points de vue divergent quant à la procédure à suivre.

"Il y a des désaccords mais je suis sûr qu'ils les dépasseront", a-t-il souligné.

Jean Ping, président de la Commission de l'UA, a déclaré à Xinhua dans une brève déclaration qu'il y a des progrès dans les négociations concernant le pays nord-africain.

"Oui, il y a des progrès et nous vous donnerons des détails plus tard", a-t-il indiqué juste après la réunion.

Teodoro Obiang Nguema, président de l'UA et président de la Guinée Equatoriale, a qualifié jeudi soir cette réunion de cruciale.

Plus tôt, il a appelé ses homologues à rester unis au moment même où le continent subit les pressions étrangères qui menacent l'unité du continent.

Ramtane Lamamra, commissaire de l'UA pour la Paix et la Sécurité, a déclaré mercredi à Xinhua que la crise libyenne doit être résolue politiquement et non militairement.

Malgré les protestations de l'UA, les forces de l'OTAN continuent de bombarder la Libye, et les puissances occidentales comme les Etats-Unis et la Grande-Bretagne insistent pour que Mouammar Kadhafi démissionne.

Hillary Clinton, secrétaire d'Etat américaine, a appelé le mois dernier les leaders africains à rejoindre la coalition internationale pour demander à Kadhafi de quitter le pouvoir.

Les leaders africains sont accusés de protéger Kadhafi, qui est maintenant accusé par la Cour pénale internationale de commettre des crimes contre l'humanité dans son pays.

Les leaders devraient annoncer leur position sur la Libye plus tard vendredi, à la fin de la 17ème Session ordinaire du sommet de l'UA.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Départ des deux premiers trains commerciaux à grande vitesse sur la ligne Beijing-Shanghai
Les dirigeants chinois assistent au gala de commémoration du 90e anniversaire du PCC
Quel est le mode de démocratie promu par le Partie communiste chinois ?
Une nouvelle ère dans les relations Chine-Europe
Le FMI doit maintenant passer de la parole aux actes