Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.06.2011 13h24
Maroc : le référendum sur la nouvelle constitution aura lieu vendredi (SYNTHESE)

Plus de 13 millions d'électeurs marocains se rendront ce vendredi aux urnes pour s'exprimer sur la nouvelle constitution visant à démocratiser les institutions du pays.

La campagne pour le référendum sur la nouvelle loi fondamentale avait démarré mardi à 00H00 et devra prendra fin jeudi 30 juin à minuit. L'opération de vote devra commencer dans les différents bureaux installés à 08h00 et prendre fin à 19h00 sans possibilité de prorogation.

Pour mener à bien le référendum, 320.000 personnes et 40.000 bureaux ont été mobilisés. Selon l'article 129 du code électoral, les procès-verbaux des bureaux de vote ainsi que les listes d'émargement sont déposés, pendant quatre jours francs au siège de la commune où les votants peuvent les consulter et formuler toute réclamation à leur sujet.

A l'expiration de ce délai, le bureau centralisateur procède au recensement des votes émis dans la commune compte tenu des suffrages reconnus valables par les différents bureaux de vote qui en dépendent.

Un communiqué du ministère marocain chargé des MRE a indiqué que les Marocains résidant à l'étranger participent aussi au référendum sur le nouveau texte de la Constitution marocaine, les vendredi 1er, samedi 2 et dimanche 3 Juillet 2011, au sein des consulats du royaume de leurs circonscriptions, ainsi qu'aux ports espagnoles d'Almeria et Algésiras pour les Marocains en route vers le Maroc.

Sont également attendus aux urnes les membres des Forces armées royales, quelques soient leurs grades et les éléments des forces de l'ordre (gendarmerie royale, sûreté nationale et forces auxiliaires) ou tout autre personne ayant droit au port d'arme lors de l'accomplissement de son devoir.

Ce scrutin fait suite à plusieurs manifestations ayant eu lieu dans le pays depuis février 2011.

Dimanche dernier, les manifestants favorables au référendum se sont rassemblés en très grand nombre. Plus d'un million de personnes ont pris part à travers le royaume aux marches et manifestations de soutien au projet de la nouvelle Constitution.

Selon un sondage d'opinion réalisé par le ministère marocain de l'Intérieur, plus de 80% des Marocains affirment qu'ils voteront " oui" pour le projet de réforme de la constitution.

Présenté le 17 juin par le roi Mohammed VI, ce projet introduit plusieurs nouveautés dont le renforcement des pouvoirs du Chef du gouvernement, désigné au sein du parti vainqueur des élections, la consolidation du rôle des partis politiques et la constitutionnalisation de l'amazigh en tant que langue nationale aux cotés de la langue arabe.

Il trouve son incarnation dans d'autres changements majeurs comme le passage de la mention du roi comme représentant suprême de la nation dans l'ancienne constitution à celle du roi représentant suprême de l'Etat dans le nouveau texte.

Il permet aussi le passage du Conseil constitutionnel à une Cour constitutionnelle ou encore l'octroi d'un quota aux femmes au sein du Conseil supérieur de la magistrature.

Son originalité tient au fait que le texte repose sur une nouvelle architecture agençant tous les chapitres de la Constitution, depuis le préambule qui en constitue une partie intégrante, jusqu'aux derniers articles, dont le total est passé de 108 à 180 articles.

Après le référendum sur la constitution, des élections législatives anticipées devraient également avoir lieu le 7 octobre 2011.

Les élections régionales seront également organisées à une date pas encore déterminée, pour la mise en place des nouveaux conseils élus dans les 12 régions, au lieu de 16, que comptera le Maroc.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Ouverture de la première bourse des métaux précieux en Chine dans la province centrale du Hunan
Des groupes et individus honorés pour leur excellent travail dans les affaires de Taiwan
Pourquoi la Chine a besoin d'une Union Européenne forte
Pour l'ordre en Mer de Chine Méridionale
Les Etats Unis sont responsables des tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale