Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.05.2011 14h58
L'ouverture des frontières terrestres entre l'Algérie et le Maroc "n'est pas à l'ordre du jour" (Premier ministre algérien)

Le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a indiqué dimanche que l'ouverture des frontières terrestres entre l'Algérie et le Maroc n'était "pas à l'ordre du jour", a rapporté l'agence de presse APS.

Cela "arrivera un jour ou l'autre", a affirmé M. Ouyahia lors d'une conférence de presse à Alger, tout en affirmant que la réouverture de ces frontières n'était "pas conditionnée par la question du Sahara occidental".

"Nous avons besoin d'un climat empreint de bonne foi et de confiance mutuelle entre voisins (...) mais les dernières déclarations officielles marocaines accusant l'Algérie de financer des mercenaires africains en Libye, n'encourageaient malheureusement pas cette tendance", a relevé le Premier ministre.

M. Ouyahia a fait remarquer qu'en dépit de frontières fermées, le volume des échanges commerciaux officiels entre les deux pays demeurait "élevé" et se classait "en première position dans la balance commerciale algérienne avec les autres pays africains".

Depuis quelques mois, la presse algérienne parle d'une ouverture "imminente" des frontières terrestres entre l'Algérie et le Maroc. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a, lors d'une récente tournée à Tlemcen, tenu des propos amicaux à l'égard du Maroc. Les deux pays ont également échangé des visites de ministres, un signe du réchauffement des relations entre les deux pays d'Afrique du Nord.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)