Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.05.2011 08h35
Libye: l'Algérie s'en tient à la position de l'UA et aux décisions du conseil de sécurité

La position de l'Algérie à l'égard de la situation en Libye est "claire" et s'en tient à la positon de l'Union africaine (UA) comme elle respecte les décisions du conseil de sécurité de l'ONU, y compris celle portant sur l'embargo aérien contre ce pays, a affirmé dimanche le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia.

"Notre position est claire, elle est basée sur des principes bien connus. Nous nous en tenons aux décisions du conseil de sécurité et à la position de l' UA qui appelle à l' arrêt des combats et à une solution politique du conflit", a indiqué M. Ouyahia dans une conférence de presse animée au lendemain de la tripartite (gouvernement-syndicat-patronat).

L' Algérie "reconnaît des Etats et non des régimes et cela a été constaté avec ce qui s' est passé en Tunisie et en Egypte et les très bonnes relations que nous entretenons avec les nouveaux gouvernements de ces deux pays", a-t-il ajouté.

M. Ouyahia a émis le souhait de voir les Libyens parvenir à placer l' intérêt de leur pays "au dessus de toute autre considération" pour construire "un avenir d' unité, de justice, de démocratie et de développement".

M. Ouyahia a tenu à signaler, à l'occasion, que le gouvernement algérien avait reçu de la part d' opérateurs libyens des demandes d'achat de produits alimentaires et de médicaments et que la réponse avait été "positive" mais sous conditions.

"Nous avons soumis le dossier au comité de sanctions de l' ONU pour vérifier si ces opérateurs se conformaient aux règles et pour empêcher la sortie de notre territoire de produits autres que les produits de première nécessité et les médicaments", a expliqué M. Ouyahia.

L' Algérie était opposée fermement à l'intervention des forces de l'Otan en Libye, estimant que les troubles en Libye voisine pourrait faciliter les opérations des terroristes de l'Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) dans la région du Sahel.

Le 24 avril à Alger, le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, avait indiqué que la crise en Libye constitue "une grande préoccupation" pour l'Algérie en raison de "l'impact direct de la stabilité de ce pays sur l'évolution de la question sécuritaire dans toute la région, y compris aux frontières de l'Algérie", mais aussi parce que la Libye partage une proximité avec la région du Sahel ou activent toujours des groupes terroristes et des réseaux du crime organisé".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)