Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 27.05.2011 09h31
Côte d'Ivoire-Afrique du Nord : le Cameroun défend ses positions face aux diplomates africains

Lors d'une concertation jeudi avec le groupe des ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques africains à Yaoundé, le gouvernement camerounais a défendu sa politique étrangère consistant à reconnaître non pas les gouvernements, mais les Etats, un principe appliqué aux nouvelles évolutions politiques en Côte d'Ivoire et en Afrique du Nord.

Après avoir rappelé l'alignement sur les "positions de l'Union africaine (UA) et de l'Onu reconnaissant la victoire de M. Alassane Ouattara", le ministre délégué aux Relations avec le Commonwealth, Joseph Dion Ngute, a affirmé que son pays a toujours entretenu de bonnes relations avec la Côte d'Ivoire et entend œuvrer à l'affermissement de l'axe Yaoundé-Abidjan.

Signe de cette volonté, la présence du président Paul Biya à Yamoussoukro lors de l'investiture samedi du nouveau leader ivoirien et l'agrément donné pour la désignation d'un nouvel ambassadeur de Côte d'Ivoire au Cameroun, a mentionné Dion Ngute. "Le Cameroun reconnaît les Etats et non pas les gouvernements", a-t-il insisté.

La même position a été exprimée concernant la Tunisie et l'Egypte, deux pays d'Afrique du Nord dont les dirigeants, Zine el Abidine Ben Ali et Hosni Moubarak, ont été emportés par des soulèvements populations qualifiées de révolutions. En Libye, Yaoundé encourage la médiation de l'UA pour un dialogue entre les parties en vue d'une sortie de crise.

"Le Cameroun entretient d' excellentes relations avec tous ces pays et se propose de les poursuivre", a encore souligné le ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures chargé des Relations avec le Commonwealth, qui a par ailleurs confirmé le soutien à la stratégie mondiale anti-terrorisme des Nations Unies contre Al-Qaïda dans le Maghreb islamique (Aqmi).

Le politique étrangère du Cameroun se traduit par l'attachement à la démocratie, l'Etat de droit, la recherche continue de la paix, la non-ingérence, etc., a précisé Dion Ngute, entouré d' autres membres du gouvernement, une tradition consacrée pour ces assises.

Inscrites dans un processus entamé il y a 6 ans, les concertations, désormais biannuelles depuis 2010, les concertations à huis clos entre le gouvernement camerounais et les diplomates africains accrédités dans la capitale consistent au partage de "l'information pertinente sur le Cameroun" et à l'échange sur "certains sujets d' intérêt commun africain", de source officielle.

En marge de la commémoration de la Journée de l'Afrique, la rencontre de ce jeudi portait principalement sur l'évolution de la situation en Afrique, vue du Cameroun. Au menu également, la préparation de la prochaine élection présidentielle au Cameroun, la situation sécuritaire, l'évolution de la situation économique, l'état d' avancement de la mise en œuvre de la base logistique continentale à Douala de la Force africaine en attente (FAA), l'action du Cameroun dans la préservation des forêts du Bassin du Congo, etc.

Conduit par l'ambassadeur du Sénégal, Fatou Sarr Bâ, le groupe des chefs de missions diplomatiques africains s'est réjoui de ce cadre de discussions franches.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
La Chine s'oppose à toute intervention étrangère en Syrie (porte-parole du ministère des A.E.)
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)
La voie du Tibet vers la démocratie
Regards sur l'avenir de l'Asie de l'Est