Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 13.05.2011 09h36
Le ministre des AE du Niger appelle au soutien des Nigériens ayant fui la guerre en Côte d'Ivoire et en Libye

Le ministre d'Etat nigérien, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens à l'extérieur Bazoum Mohamed a rencontré, jeudi, les membres du corps diplomatique et des organismes internationaux accrédités au Niger.

Il s'agit pour le ministre Bazoum Mohamed de faire un plaidoyer auprès des partenaires techniques et financiers du Niger, en vue de venir en aide aux Nigériens ayant fui la guerre en Côte d'Ivoire et en Libye.

Dans son discours à l'endroit des diplomates, le ministre d'Etat a annoncé qu"à la date du 30 avril 2011, nous avons enregistré environ 76.000 Nigériens ayant fui les deux pays en guerre".

"C'est un problème sérieux qui mérite d'être pris en charge, en accueillant et en dirigeant ces nouveaux arrivants dans leurs localités respectives", a-t-il dit.

Sur les 1.100 millions de francs CFA prévu à cet effet, "seulement 325 millions ont pu être débloqués et nous sommes confrontés à une recrudescence de l'insécurité conséquemment au retour des migrants nigériens dans les régions de Zinder, Diffa et Tahoua", avait ajouté le chef de la diplomatie nigérienne.

Eu égard aux difficultés multiples liées à cette situation, Bazoum Mohamed a lancé un appel "aux ambassadeurs des différents pays amis et aux organisations internationales, de venir en aide au Niger".

"Avec votre soutien à nos côtés, nous promettons d'aborder les choses avec efficacité", a-t-il promis.

Un tableau récapulatif de la situation a été projeté et expliqué par l'intérimaire du Coordonateur du système d'alerte précoce, Issoufou Bawa.

Prenant la parole au nom des organismes humanitaires, la coordonnatrice du système des Nations Unies au Niger, Mme Khardiata Lô N'Diaye a souligné les efforts jusque-là enregistrés par le comité ad hoc mis en place et les agences des Nations Unies.

"Il ne s'agit pas d'une situation ponctuelle, mais d'une action qui s'inscrit dans le temps", a-t-elle annoncé.

Afin d'éviter une aggravation du problème d'insécurité, les systèmes des Nations Unies "sont disposés à apporter la réponse avec nos moyens logistiques et à accompagner les actions de prise en charge, tout en ayant identifié les zones prioritaires à partir d'une cartographie fiable", a annoncé Mme Lô N'Diaye.

"Pour ce faire, le fonds commun du système des Nations Unies a déjà envoyé une requête de 4 millions de dollars qui est en étude", a annoncé la coordonnatrice du système des Nations Unies.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Sichuan se relève, trois ans après le séisme
Le président Hu appelle aux efforts conjoints pour faire progresser le partenariat sino-américain (vice-PM chinois)
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme
Le siècle de l'Asie est-il devant nous ?
Comment créer un "royaume idéal sur Internet" ?
Les Etats-Unis doivent évaluer à sa juste valeur la contribution du Pakistan à la lutte anti-terrorisme