Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 18.04.2011 11h33
Egypte : deux fils de l'ancien président Moubarak interrogés par les procureurs

Les procureurs égyptiens ont interrogé dimanche Alaa et Gamal, deux fils de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak, dans la prison de Tura, a rapporté l'agence de presse égyptienne MENA.

Le procureur général égyptien, Abdel-Meguid Mahmoud, a ordonné mercredi une détention de 15 jours pour M. Moubarak et ses deux fils, Alaa et Gamal. Ils sont accusés de corruption et de recours à la violence contre les manifestants lors des protestations antigouvernementales.

M. Moubarak a été transféré dans un hôpital de la ville balnéaire de la mer Rouge, Charm el-Cheikh, mardi après avoir été sujet à une crise cardiaque lors de l'interrogatoire mené par les procureurs. Il s'y trouve toujours dimanche.

M. Mahmoud a également décidé d'assigner des gardes pour surveiller M. Moubarak. Dès que son état s'améliorera, l'ancien président sera transféré en prison, selon les lois carcérales en vigueur, a rapporté MENA.

M. Moubarak a dû démissionner le 11 février après 30 années de règne, après 18 jours de manifestations nationales qui ont fait 384 morts.

M. Moubarak a nié toutes les accusations portées contre sa famille et lui dans un discours audio diffusé dimanche sur la chaîne de télévision Al-Arabiya.

Le 8 avril, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés sur la place Tahrir du Caire pour demander le procès de M. Moubarak et de sa famille.



Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Commémoration du premier anniversaire du séisme de Yushu
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident