Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 15.04.2011 08h20
La SADC établit un Conseil électoral consultatif

La Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) a mis en place un Conseil électoral consultatif (SEAC), dans le cadre de ses efforts pour accélérer l'intégration régionale, a-t-on appris jeudi d'un communiqué publié au siège de l'organisation à Gaborone.

L'établissement du SEAC est historique, car "il marque un jalon important dans la gouvernance démocratique. Cela signifie le début d'une nouvelle ère dans le processus électoral de la région, notamment à un moment critique liée aux développements en cours dans la politique mondiale".

La région de la SADC est caractérisée par une cohérence politique et le SEAC doit collaborer avec des organisations électorales similaires en Afrique et du reste du monde pour "assister et faciliter la consolidation des systèmes et des processus électoraux en vue de renforcer notre démocratie".

Le SEAC consiste à donner des conseils aux pays membres sur les stratégies et les affaires pouvant renforcer la capacité des organisations de gestion électorale dans la région, et encourager les pays membres de la SADC à observer les meilleures pratiques au cours des élections, ajoute le communiqué.

La SADC, fondée en 1992, est une organisation intergouvernementale visant à promouvoir la coopération et l'intégration socio-économiques ainsi que la coopération politique et de sécurité entre les 15 pays d'Afrique australe.


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers