Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 14.04.2011 11h02
Bissau exige des Etats Unis des preuves sur la mise en cause du chef d'état-major dans l'assassinat du président Vieira

Le gouvernement bissau-guinéen « exige des preuves » concernant la mise en cause par le département d'Etat américain du chef d'état-major des armées, le général Antonio Injai, dans l'assassinat du président Vieira, a déclaré à la presse, ce mercredi, le Premier ministre Carlos Gomes Junior.

Le chef du gouvernement bissau-guinéen réagissait ainsi à la publication d'un rapport du département d'Etat américain faisant état de l'implication du général Antonio Injai et de ses soldats dans l'assassinat de Nino Vieira le 2 mars 2009.

« Une telle accusation ne saurait être le rôle que doit jouer la communauté internationale en vue d'apaiser la tension qui prévaut en Guinée-Bissau », a ajouté Carlos Gomes estimant que ce sujet « d'une délicatesse extrême » devrait être au préalable débattu entre les deux Etats.

Selon lui, s'il y a des erreurs qui ont été commises, il y a des organisations internationales qui ont pour vocation de les corriger, a-t-il ajouté.

"Les USA ne doivent, en aucune façon, attaquer nos chefs militaires pour les mettre en mal avec les autorités civiles », a- t-il souligné, lançant un vibrant appel à la communauté internationale afin qu'elle reste en retrait des événements en Guinée-Bissau et qu'elle se garde de s'ingérer dans ses affaires intérieures.

Dans une première réaction publiée lundi, Bissau avait estimé que « des conclusions précipitées et infondées sur les droits humains pouvant déclencher un nouveau conflit et remettre en question la stabilité du pays ».

La lumière n'a pas encore été faite sur le double assassinat du président Vieira et du général Tagm Na Wai en mars 2009.


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Le vice-président chinois appelle à la stabilité en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers
La Chine et l'Inde, moteurs de la croissance asiatique