Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 04.04.2011 12h01
Côte d'Ivoire : le camp Gbagbo accuse la force française d'héliporter les "rebelles" dans Abidjan

Le camp du président sortant ivoirien Laurent Gbagbo accuse la force française Licorne d'héliporter les combattants du rival Alassane Ouattara dans des quartiers d'Abidjan où la bataille à l'artillerie lourde fait rage autour des bastions occupés par le régime du président sortant.

"Des informations persistantes rapportent que la force Licorne déverse par hélicoptère des rebelles dans les quartiers d'Abidjan", indique un message qui passe en boucle sur la RTI (télévision d'Etat).

Le message appelle la population à se "mobiliser pour les empêcher" et à "sortir massivement pour soutenir la république".

Des appels à la mobilisation des partisans du président sortant ivoirien Laurent Gbagbo sont diffusés en permanence sur la télévision d'Etat.

Au journal de 13h00 (locale et GMT) de la télévision, le conseiller du président du président du Front populaire ivoirien ( FPI, parti de M. Gbagbo), Damana Pickas, a appelé les "jeunes patriotes", farouches partisans de Laurent Gbagbo à descendre dans la rue.

Il les a appelés à converger vers la résidence officielle de M. Gbagbo à Cocody, non loin de la RTI, et le palais présidentiel au Plateau, théâtre des violents combats entre les forces armées des deux présidents déclarés.

L'appel à la mobilisation populaire semblait n'avoir pas été suivi, les rues de Yopougon (bastion des "jeunes patriotes") et des autres communes étaient désertes et, mis à part les coups de feu et de canon, un silence de mort régnait sur Abidjan.

En 2004, à l'appel de leur leader Charles Blé Goudé, les " jeunes leaders" avaient été le fer de lance des violentes manifestations anti-françaises à Abidjan.

Les heurts avec la force Licorne avaient fait au moins 50 morts et des milliers de blessés parmi les "jeunes patriotes", selon le régime de Laurent Gbagbo.

Après leur fulgurante offensive qui leur a permis de prendre en quatre jours la quasi-totalité du pays, les forces de M. Ouattara se heurtent depuis jeudi à Abidjan à une vive résistance des forces spéciales loyales à Laurent Gbagbo autour du palais présidentiel, du siège de la RTI, de la résidence officielle du président sortant et du camp de gendarmerie d'Agban.

Samedi à la mi-journée, les tirs nourris d'armes lourdes ont repris et de fortes détonations étaient entendues aux alentours du palais présidentiel.

En début de soirée, les tirs à l'arme lourde en provenance du Plateau et de Cocody ont baissé d'intensité et de fréquence mais à Yopougon des tirs à l'artillerie lourde et à l'arme automatique étaient toujours entendus dans les environs du corridor à la sortie nord d'Abidjan.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine et l'Allemagne lanceront des consultations intergouvernementales
L'utilisation de la force n'est pas la solution appropriée pour résoudre les problèmes en Libye (Hu Jintao)
Les pays occidentaux devraient rejeter leur idée de dominer le monde
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie