Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 04.03.2011 09h53
Tunisie : élection le 24 juillet d'une assemblée nationale constituante

Le président tunisien par intérim Foued Mebazaa a annoncé jeudi soir l'organisation d'élection le 24 juillet d'une assemblée nationale constituante, qui sera chargée d'élaborer une nouvelle constitution.

"Nous proclamons aujourd'hui l'entrée dans une nouvelle ère dans le cadre d'un système politique nouveau qui rompt définitivement avec le régime déchu", a-t-il indiqué dans une allocution télévisée.

Il a précisé que l'élection attendue sera précédée par l'élaboration d'un nouveau code électoral par une instance qui regroupera des personnalités nationales, des représentants des partis politiques et des composantes de la société civile.

L'assemblée nationale constituante attendue aura la tâche de préparer une nouvelle constitution, a-t-il précisé.

Selon lui, l'actuelle constitution est "dépassée par les événements", puisqu'elle a été entachée par des amendements successifs introduits par l'ancien régime.

La nouvelle constitution devra être "le miroir des aspirations du peuple et des principes de la révolution", a-t-il déclaré.

D'autre part, le président tunisien par intérim a affirmé qu'il resterait en poste au-delà de la date prévue du 15 mars pour assurer la transition.

Le président tunisien par intérim avait annoncé, à la suite de la fuite le 14 janvier du président déchu Ben Ali, l'ouverture d'un dialogue national, tout en demandant à ses compatriotes de faire preuve de patience.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence