Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 28.02.2011 13h45
Tunisie: L'UGTT appelle à la démission immédiate du gouvernement provisoire

L'Union générale tunisienne de travail (UGTT) a appelé dimanche à la démission immédiate du gouvernement provisoire, suite à la démission du Premier ministre Mohammed Ghannouchi.

Dans un communiqué rendu public à l'issue de la réunion de son bureau exécutif, l'UGTT a indiqué que le gouvernement actuel doit" démissionner immédiatement" et être remplacé par un gouvernement composé de technocrates dont la mission prendra fin avec l'élection d'une Assemblée constituante.

Le président tunisien par intérim doit "charger une personnalité nationale indépendante faisant l'unanimité" de constituer un gouvernement chargé de la gestion des affaires courantes, ajoute l'UGTT dans son communiqué.

La Centrale syndicale a également recommandé la création d'une assemblée constituante et la préparation d'un décret-loi portant création d'un Conseil pour la protection de la révolution.

L'UGTT a estimé, dans son communiqué, que le gouvernement actuel s'est montré "incapable de garantir la sécurité des citoyens et de défendre les entreprises et les biens publics et privés".

Il est également accusé de "ne pas avoir accéléré la dissolution des structures du Rassemblement constitutionnel démocratique (ex-parti au pouvoir)" et de ne pas "avoir engagé" des poursuites judiciaires contre les corrompus sous le régime déchu.

L'appel de l'UGTT intervient en concomitance avec l'annonce par le PM tunisien, Mohammed Ghannouchi, de sa démission.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les personnes de plus de 80 ans toucheront une allocation
Chine : Jia Qinglin insiste sur la stabilité au Tibet
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence