Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 17.12.2010 09h39
Le ministre sénégalais des AE s'exprime après le rappel de l'ambassadeur en Iran

Le ministre sénégalais des Affaires étrangères Madické Niang a déclaré jeudi à Dakar que le rappel en consultation son ambassadeur en Iran "est un message claire d' abord pour dire que le Sénégal n'est inféodé à aucun pays".

Cette décision avait été prise mardi suite à l'arraisonnement au Nigeria d'un navire rempli d'armes en provenance d'Iran et à destination de la Gambie.

"Nous sommes un pays souverain dignement défend ses intérêts", a ajouté le ministre au cours d'une conférence de presse.

Il a en outre estimé que les armes saisies "peuvent être une menace pour la région" ouest-africaine.

"Au Sénégal, nous sommes attachés à la sécurité de la sous- région, mais aussi à la paix dans le monde", a affirmé M. Niang ajoutant que son pays attend du gouvernement iranien qu'il lui donne des informations précises sur cette affaire avant de prendre définitive une décision.

Revenant sur les remous notés dans les relations avec la Gambie, M. Niang a prôné l'apaisement.

Pour lui, le Sénégal n'a pas de preuve sur la destination des armes saisies au Nigeria même si le matériel était destiné à la firme "Kanilaï Farms" (Gambie).

"Le Sénégal ne va pas polémiquer avec la Gambie. Ce que nous cherchons, c'est l'entente et la cordialité", a-t-il souligné.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les IDE en hausse pour le 16e mois consécutif en novembre
La Chine souhaite que les pays concernées cessent les récriminations et stabilisent la situation dans la péninsule coréenne
Pourquoi le « Made in China » est plus cher
Le football, symbole du combat de l'Afrique pour sa reconnaissance dans le monde (REPORTAGE)
Pourquoi y a-t-il moins d'embouteillages à Paris qu'à Beijing ?
« La plupart des Nations » s'opposent à la remise du Prix de la Paix à Liu Xiaobo
La plupart des membres de la communauté internationale ne soutiennent pas la décision erronée du jury du prix Nobel de paix