Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 15.12.2010 13h09
Côte d'Ivoire : l'ONUCI intensifie ses patrouilles aériennes et terrestres

Le commandant des casques bleus de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) le général Abdul Hafiz a révélé mardi à Abidjan que la structure onusienne a intensifié ses patrouilles aériennes et terrestres dans le pays.

Pour le général Hafiz, ces mouvements de troupes et de matériels visent à permettre la libre circulation des personnels onusiens et à apporter une assistance aux personnes menacées.

"Ces patrouilles visent également à rassurer la population en cette période car l'ONUCI a une mission de paix en Côte d'Ivoire", a énoncé le général.

Depuis plusieurs jours, des hélicoptères de l'ONU survolent la ville d'Abidjan et des localités de l'intérieur du pays afin de s'assurer de la quiétude des populations.

Des casques bleus à bord de véhicules pick-up, de cargos et de 4 X 4 de l'ONU sont également visibles dans les rues où ils mènent des rondes de jour comme de nuit.

De vives tensions persistent en Côte d'ivoire au lendemain du second tour de l'élection présidentielle qui a opposé Laurent Gbagbo à Alassane Ouattara.

Chacune des personnalités s'est fait investir président de la république et a constitué son gouvernement dirigé par un premier ministre.

Plusieurs organisations nationales et internationales ont appelé à un règlement "au moyen du dialogue et de la négociation" de la crise post électorale ivoirienne.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : l'APN va continuer ses discussions sur un amendement au Code pénal
Editorial du «Quotidien du peuple»: inauguration du 12e plan quinquennal
Le football, symbole du combat de l'Afrique pour sa reconnaissance dans le monde (REPORTAGE)
Pourquoi y a-t-il moins d'embouteillages à Paris qu'à Beijing ?
« La plupart des Nations » s'opposent à la remise du Prix de la Paix à Liu Xiaobo
La plupart des membres de la communauté internationale ne soutiennent pas la décision erronée du jury du prix Nobel de paix
La France mène une diplomatie des « commandes » et les nouveaux pays émergents en sont la cible