Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 10.12.2010 08h09
Madagascar : Transaction, circulation de cheptel bovin à contrôler

Madagascar va bientôt contrôler les transactions et la circulation de cheptel bovin, a-t-on appris jeudi auprès du ministère de l'Elevage.

Le secrétaire général du ministère de l'Elevage, Arsène Ralambofiringa, a dévoilé qu'un arrêté interministériel sera bientôt publié, pour identifier les acteurs de la filière bovine entre autres les éleveurs, les commerçants et les intermédiaires.

En effet, cette disposition a été prise par le ministère pour assainir et diminuer le vol de bœuf à Madagascar, une pratique très fréquente dans le pays surtout en campagne. Plus de 10% de bovidés mis en vente sur les marchés sont munis de faux passeports, ou des certificats d'origine douteux selon les dernières statistiques.

En outre, le ministère projette d'améliorer la race bovine dans le pays en offrant une mesure d'accompagnement aux éleveurs malgaches. "On ne compte plus qu'un bovidé pour deux contre un bœuf par tête il y a 50 ans, alors que notre cheptel est encore indemne de maladies contagieuses affectant les animaux au niveau du continent africains", a indiqué le secrétaire général du ministère.

Le bœuf a sa valeur économique et culturelle à Madagascar. Elle marque la richesse dans le pays surtout en campagne. La viande de bœuf est la viande le plus vendue au marché. Dans les rites traditionnels malgaches on abat un ou quelques bœufs pour marquer la liaison entre les vivants et les morts ainsi que la fraternité entre les vivants.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine disposée à coopérer avec l'UE sur le contrôle du commerce mondial des armes
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Qu'est-ce qui se cache derrière le "sacre" de Liu Xiaobo ? (COMMENTAIRE)
La façon bien peu élégante de la Norvège de traiter la Chine
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?