Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 09.12.2010 08h53
L'Afrique du Sud appelle à la réconciliation en Côte d'Ivoire suite au litige électoral

Le gouvernement sud- africain a appelé mercredi les dirigeants de Côte d'Ivoire à défendre la réconciliation et l'unité nationale après le litige soulevé par les élections présidentielles contestées dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

L'Afrique du Sud a appelé le président sortant Laurent Gbagbo à respecter et observer les déclarations publiées par les organisations régionales sur le second round des élections.

Le service sud-africain des relations internationales a appelé à la retenue "et invite encore les dirigeants ivoiriens à défendre la réconciliation et l'unité nationale qui est la première priorité pour la Côte d'Ivoire en cette période".

Le gouvernement sud-africain a pris note des déclarations finales de la réunion des chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) sur la Côte d'Ivoire, qui a eu lieu ce mardi à Abuja, capitale du Nigeria.

L'ex-président sud-africain Thabo Mbeki a remis mardi au président de la Commission de l'Union africaine (UA) Jean Ping un rapport préliminaire sur la mission d'urgence qu'il vient d' achever en Côte d'Ivoire.

Le porte-parole de M. Mbeki, Mukoni Ratshitanga a déclaré dans un communiqué que l'ex-président sud-africain s'était rendu en Côte d'Ivoire par le dirigeant de l'UA pour faciliter une conclusion rapide et pacifique du processus électoral et trouver une issue à la crise.

M. Mbeki a rencontré plusieurs parties, dont les deux candidats à la présidentielle du 28 novembre, M. Gbagbo et son rival Alassane Ouattara.

M. Ouattara a été déclaré vainqueur du second tour de l' élection par la commission électorale nationale, mais le Conseil constitutionnel a par la suite rendu un verdict donnant la victoire à M. Gbagbo.

Ce pays dispose actuellement de deux présidents et de deux gouvernements, tandis que les pressions de l'Union africaine, de la CEDEAO, des Nations unies, de l'Union européenne et des États- Unis s'accumulent pour réclamer la démission de M. Gbagbo.

[1] [2] [3] [4] [5] [6]

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
Qu'est-ce qui se cache derrière le "sacre" de Liu Xiaobo ? (COMMENTAIRE)
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?