Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 08.12.2010 13h22
La communauté internationale préoccupée par la situation en Côte d'Ivoire (SYNTHESE)

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exprimé à plusieurs reprises ses préoccupations sur l'impasse politique en Côte d'Ivoire, reconnaissant le chef de l'opposition Ouattara comme le président élu de ce pays ouest-africain après le second tour des élections présidentielles du 28 novembre.

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU "sont désireux de parler avec une seule voix" de la crise politique en Côte d'Ivoire post-élections, et le Conseil de sécurité se réunira mercredi pour discuter de la situation dans ce pays de l'Afrique de l'ouest, a annoncé mardi l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Susan Rice.

Mme Rice, qui assume la présidence du Conseil pour décembre, a tenu ces propos à l'issue des consultations à huis clos du Conseil de sécurité, lors desquelles un bilan de la situation leur a été présenté par le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Côte d'Ivoire, Choi Young-jin,qui s'exprimait depuis Abidjan par vidéoconférence.

Les Nations unies ont commencé à retirer quelque 500 personnels non essentiels de Côte d'Ivoire, alors que l'incertitude continue de régner concernant la suite des événements et que des centaines de personnes ont déjà fui le pays.

"Nous avons eu des discussions et des consultations pendant presque cinq heures et demi sur la Côte d'Ivoire, débutant avec le bilan complet et détaillé du représentant spécial Choi sur la procédure qu'il a suivie pour certifier les résultats de la Commission électorale indépendante (CEI)", a indiqué Mme Rice.

Choi Young-jin a déclaré mardi au Conseil de sécurité que le candidat à l'élection présidentielle ivoirienne Alassane Ouattara "resterait le vainqueur" même si toutes les plaintes du camp présidentiel étaient prises en compte

Choi Young-jin a affirmé avoir lui-même "procédé à l'évaluation et l'analyse des procès verbaux transportés par la Mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (ONUCI) et le Bureau de l'ONU pour les services d'appui aux projets (UNOPS) et reçu par la Commission électorale indépendante (CEI)", avant de certifier les résultats annoncés par la Commission électorale indépendante (CEI), et non ceux du Conseil constitutionnel ivoirien. Selon lui, les deux tours du scrutin présidentiel s'étaient déroulés dans "une atmosphère démocratique, en dépit de quelques incidents, parfois violents, dans l'ouest et le nord du pays".

M. Choi a également participé le 7 décembre à un sommet d'urgence tenu à Abuja, capitale du Nigeria, lors duquel la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) composée de 15 pays membres a pris la décision de suspendre la Côte d'Ivoire en raison de la crise post-électorale.

"La CEDEAO condamne toute tentative d'usurper la volonté populaire des habitants de la Côte d'Ivoire, et appelle tous les dirigeants à accepter les résultats déclarés par la CEI", a indiqué le communiqué publié samedi dernier par la CEDEAO.

Par ailleurs, le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, a appelé tous les acteurs politiques ivoiriens à reconnaître les résultats du second tour des élections présidentielles, proclamés par la CEI et certifiés par la Mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (ONUCI). Dans le communiqué publié lundi dernier par l'OIF, M. Diouf a également condamné fermement tout recours à la violence et tout acte remettant en cause le choix souverain du peuple ivoirien.

L'élection présidentielle, censée ramener la paix et réunifier le pays dont la moitié nord est sous contrôle de l'ex rébellion des Forces nouvelles depuis septembre 2002, avait été reportée à maintes reprises depuis 2005.

La Côte d'Ivoire se trouve actuellement dans l'impasse politique, étant donnée que l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara et le président sortant Laurent Gbagbo ont tous prêté serment après avoir déclaré vainqueur aux élections.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?