Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 07.12.2010 08h28
Présidentielle ivoirienne: la Côte d'Ivoire s'enlise dans la crise

La Côte d'Ivoire s'enlise dans la crise politique avec la nomination de deux Premiers ministres par les deux candidats au second tour de l'élection présidentielle, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, qui se sont fait investir tour à tour président de la République.

Après avoir rendu sa démission devant Alassane Ouattara qui l'a reconduit comme Premier ministre, Guillaume Soro, l'ex-chef du gouvernement de Laurent Gbagbo a formé dimanche un gouvernement de 13 membres composé de personnalités issues du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), une coalition de partis de l'opposition.

Le portefeuille de la Défense est tenu par M. Soro, leader de l'ex-rébellion des Forces nouvelles qui contrôle la moitié nord du pays depuis septembre 2002.

Plus tard dans la soirée, dans un communiqué à la télévision nationale, Laurent Gbagbo a nommé l'universitaire Aké Gilbert Marie N'gbo, Premier ministre, chef du gouvernement en attente de formation.

Ces différentes nominations interviennent alors que l'ex-président sud-africain, Thabo Mbeki, est en médiation à Abidjan au nom de l'Union africaine (UA).

La Côte d'Ivoire est dans l'impasse politique depuis la décision du Conseil constitutionnel proclamant Laurent Gbagbo vainqueur de l'élection présidentielle après invalidation des résultats provisoires de la Commission électorale indépendante (CEI) qui donnent Alassane Ouattara gagnant.

Alassane Ouattara a le soutien de la communauté internationale tandis que Laurent Gbagbo, fort du soutien de l'armée, contrôle l'appareil d'Etat.

L'élection du 28 novembre était censée ramener la paix dans le pays coupé en deux depuis huit ans par une crise militaro-politique.

Source: xinhua

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
La Russie et le Qatar respectivement désignés pays hôtes du Mondialde 2018 et 2022
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations