100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 10.11.2010 13h19
Le directeur général de la FAO au Bénin

Le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), M. Jacques Diouf, séjourne depuis lundi au Bénin, pour s'enquérir de la situation des sinistrés des inondations dont plus de 650.000 Béninois sont victimes.

Au cours de son séjour, M. Jacques Diouf fera une visite de terrain en vue d'apprécier l'ampleur des dégâts des dernières inondations et les conséquences sur la sécurité alimentaire.

Le Directeur général de la FAO appréciera d'appui pour la relance des agriculteurs qui ont perdu cheptel et cultures dans les inondations. Des appuis qui pourraient se traduire en don de semences pour la relance des activités culturales à la décrue, selon un fonctionnaire de la représentation de la FAO à Cotonou.

Les victimes ont perdu soit leurs champs, cultures et cheptels, soit leur habitation, soit encore leurs proches (une soixantaine de personnes sont mortes par noyade).

Les inondations ont aussi affecté 600 établissements scolaires dont les usagers n'ont pas pu reprendre les cours depuis le 4 octobre dernier, jour de la rentrée officielle. Certains autres établissements scolaires servent d'abri aux sinistrés ayant évacué leur maison. Les sinistrés sont en outre en proie aux maladies hydriques telles que le choléra, dont 600 ont été déclarés.

Le gouvernement a déclaré le Bénin "pays sinistré", alerté la communauté internationale via les représentations diplomatiques et mis en place un comité de crise auquel s'est jointe une équipe des Nations unies spécialisée dans la coordination et l'évaluation en cas de catastrophes (UNDAC).

Les besoins urgents sont estimés à quatre millions de dollars, soit environ deux milliards de F CFA. Le gouvernement, l'Assemblée nationale, les ONG, les organismes des Nations unies sont à pied d'uvre offrant moustiquaires imprégnées (pour éviter les cas de paludisme), désinfectants, vivres, etc.

Récemment, la Croix rouge chinoise a mis à la disposition de son homologue au Bénin la somme de 15 millions de F CFA, en signe de solidarité à l'endroit des sinistrés, précédé du personnel de l'ambassade de Chine au Bénin qui a offert cinq millions de F CFA pour la même cause.

La France et l'Irlande ont lundi fait don respectivement de 100 000 euros et 12.6910 US dollars aux sinistrés.

Les inondations au Bénin (environ huit millions d'habitants) sont cycliques du fait de la crue des fleuves Niger (nord), Ouémé (est) et Mono (ouest), mais cette année elles ont pris une dimension extraordinaire tant en ampleur qu'en durée. Les pluies continuent de s'abattre sur les zones sinistrées, aggravant le phénomène.

Selon les spécialistes, il faut remonter à 1963 pour trouver une inondation d'une telle importance.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chang'e 2 photographie la baie des arcs-en-ciel
Guangzhou envisage d'annuler son service de transport gratuit face à l'affluence de nombreux voyageurs pour les Jeux asiatiques
La Chine et la réalité : choses vues et entendues par un journaliste chinois en Europe
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI
Le partenariat stratégique global sino-français entre dans une nouvelle phase (PAPIER GENERAL)
Les liens sino-européens ont besoin d'esprits ouverts
L'exploitation des terres rares coûte cher à la Chine