Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 24.07.2012 08h13
Les précipitations record ont rempli de nouveau les réservoirs à Beijing

Les plus fortes pluies que Beijing a connues en 61 ans ont rempli de nouveau les réservoirs de la ville durant le week-end, mettant fin à une sécheresse de treize ans.

Les pluies diluviennes ont généré un apport de 53 millions de mètres cubes d'eau dans les 17 moyens et grands réservoirs de la capitale asséchés après 13 années consécutives de sécheresse, a annoncé Pan Anjun, chef adjoint du centre de contrôle des inondations et de lutte contre la sécheresse de la municipalité.

Les niveaux d'eau de tous les cours d'eau de la ville ont atteint leur niveau record, a-t-il poursuivi.

Le réservoir de Miyun, le plus grand à Beijing, contenait lundi matin 1,15 milliard de mètres cubes d'eau, a indiqué le bureau municipal des ressources en eaux.

La rapide croissance économique et l'augmentation de la population à Beijing ont aggravé les effets de la sécheresse au cours des treize dernières années.

Le volume d'eau disponible par habitant a chuté à 100 mètres cubes par an, soit environ 1/10e du niveau d'alerte international.

Les autorités municipales des ressources en eaux avaient prévu en avril que la ville serait confrontée à une pénurie de 1,3 milliard de mètres cubes d'eau cette année, soit environ un tiers du volume annuel d'eau consommée à Beijing.

La ville compte neuf sources d'approvisionnement en eau différentes, dont les réservoirs situés en banlieue de Beijing et dans les provinces voisines du Hebei et du Shanxi.

Le bilan des morts à la suite des pluies diluviennes qui se sont abattues ce week-end sur la capitale s'est alourdi à 37 lundi matin et plus de 50 000 personnes ont été évacuées.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 23 juillet
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam
Le « modèle libyen » va t-il se reproduire en Syrie ?