Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 21.05.2012 08h09
De nouveaux indices pour la pollution de l'eau

De nouveaux indices, comme les niveaux de métaux lourds et de polluants organiques persistants, vont être utilisés pour évaluer la qualité des principaux fleuves et lacs, a annoncé un responsable jeudi.
La Chine essaie de lutter contre la pollution de l'eau depuis plusieurs grandes affaires de pollution des rivières, qui ont déclenché un tollé général.

Un total de 22 indicateurs sera désormais utilisé pour évaluer la qualité des cours d'eau lors de la période du 12e plan quinquennal (2011-2015), a déclaré Zhao Hualin, Directeur du Département de prévention de la pollution au Ministère de la Protection de l'Environnement, lors d'une conférence de presse.

La demande chimique en oxygène, un test couramment utilisé pour mesurer la quantité de composés organiques contenue dans l'eau, est le principal indicateur utilisé pour évaluer la qualité de l'eau en Chine. D'autres indicateurs sont utilisés dans certains domaines, mais n'ont pas été adoptés dans le système national d'évaluation.

Avec l'utilisation de nouveaux indices, comme les métaux lourds, qui vont devenir des critères nationaux, la qualité de l'eau de certaines rivières pourrait être déclassée pour un certain temps, a dit Jiang Ling, Directeur adjoint du département. « Mais, sur le long terme, une évaluation plus stricte est une bonne chose ».

La prise de conscience de la sécurité de l'eau en Chine s'est renforcée à la suite de plusieurs cas de pollution majeurs qui ont eu lieu ces dernières années.

Lors d'une affaire récente qui s'est passée en janvier dans le Sud de la Chine, dans la Région Autonome Zhuang du Guangxi, un cas de contamination au cadmium a été détecté dans la rivière Longjiang après qu'un grand nombre de poissons morts aient été découverts.

Les dernières protestations publiques au sujet de la sécurité de l'eau sont intervenues après un article du magazine Century Weekly, publié plus tôt ce mois-ci qui, citant des personnes anonymes bien informées, a déclaré que près de la moitié de l'eau du robinet en milieu urbain ne satisfaisait pas aux normes nationales de qualité.

Le Gouvernement chinois a annoncé plus tard que le taux était de 17 % en 2011.

Le public étant de plus en plus sensible à ce sujet, le gouvernement a promis de mettre un terme à la pollution de l'eau et d'assurer la sécurité de l'eau potable.

Selon un plan approuvé par le Conseil des Affaires de l'Etat le 16 avril dernier, la Chine a pour ambition d'améliorer la qualité de l'eau des grands fleuves et les lacs de « modérément polluée » à « légèrement polluée », a dit M. Zhao jeudi.

Selon ce plan, 49,2 % des rivières et des lacs surveillés par les autorités centrales devraient satisfaire au moins aux critères de Niveau III d'ici la fin de 2015. Ce sera une augmentation de 5 % par rapport à 2010.

La Chine prévoit également de réduire la proportion d'eau «inférieure au Niveau V" de de 8 % en cinq ans, qui était de 25,8 % en 2010. En Chine, la qualité l'eau de rivière est mesurée en six niveaux, de Niveau I à Niveau V, plus un autre niveau, appelé "inférieur au Niveau V". Seules les eaux de Niveau I et II peuvent être utilisées comme sources d'eau potable, conformément à la réglementation.

On estime que 500 milliards de yuans (79,1 milliards de dollars) seront dépensés entre 2011 et 2015 pour lutter contre la pollution dans les 10 principaux fleuves et lacs surveillés par le Gouvernement Central.

Parmi eux, la rivière Songhua, dans le Nord de la Chine, le fleuve Haihe, près de Beijing, et le lac Taihu, dans l'Est de la Chine.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Le protectionnisme est « myope »
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE