Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 17.04.2012 13h54
L'approvisionnement en eau potable de Shanghai mis sous surveillance
Des vedettes de la police patrouillent sur le réservoir Qingcaosha, qui fournit 70 % de l'eau du robinet à Shanghai, alors qu'un policier monte la garde, jeudi. Gao Erqiang, pour le China Daily

Des hélicoptères et des bateaux de la police ont commencé à patrouiller dans un réservoir afin de protéger l'approvisionnement en eau potable de la ville de Shanghai.

Les patrouilles, qui ont débuté jeudi, procéderont à une surveillance 24 heures sur 24 pour empêcher quiconque de pénétrer dans le réservoir de Qingcaosha, situé dans l'estuaire du Fleuve Yangtsé.

Conformément à la réglementation de la ville sur la protection des sources en eau potable, en vigueur depuis le mois de mars 2010, il est interdit à quiconque d'entrer dans la zone du réservoir, sauf autorisation à des fins d'approvisionnement en eau.

Mais bien que la retenue de 50 kilomètres de long soit entourée par une clôture de fil de fer barbelé, nombreux sont ceux qui parviennent à s'y faufiler, certains même avec des bateaux, principalement pour s'y livrer à la pêche, selon Qin Yongbo, qui dirige l'équipe de défense des limites du Département de la sécurité publique du Comté de Chongming.

Au total, 147 personnes et 55 bateaux ont été arrêtés et des centaines de filets de pêche saisis.
« Dans certains cas, du gazole s'est échappé de quelques-uns des bateaux de pêche. Si cela arrivait trop souvent, cela aurait une incidence sur la qualité de l'eau, même si une petite quantité de carburant semble négligeable dans un réservoir qui a la taille de 9 000 terrains de football », a dit M. Qin.

La surveillance de la terre, de l'eau et de l'air a pour but d'assurer la sécurité du réservoir, qui fournit 70 % de l'eau du robinet à Shanghai, a dit M. Hu Yunwang, Directeur adjoint de la Division de défense des limites de la ville.

Les hélicoptères repèrent les bateaux suspects, et en informe les vedettes et voitures de la police, qui traitent la situation sur le terrain, a dit M. Hu.

« Nous allons aussi travailler avec les organismes gouvernementaux pour offrir d'autres perspectives d'emploi aux pêcheurs, comme la culture ou le travail en usine », a-t-il dit. « Parce que beaucoup d'entre eux ont pêché ici pendant longtemps, avant que le réservoir ne soit clôturé pour protéger l'approvisionnement en eau ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »